DIRECTEUR DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING (janvier 2014 - mai 2015)              Arnaud JAOUEN

Arnaud Jaouen a été, en janvier 2014, nommé directeur du développement commercial et marketing de l'ASSE. Âgé de 35 ans, ce diplômé de l'ISG a commencé sa carrière en tant que chargé d'études presse chez Carat en 2002. En septembre 2004, il est nommé responsable marketing de Metro International, puis directeur marketing de La Tribune en mai 2008. En mars 2011, ses fonctions s'étendent également à la direction commerciale. Entré en avril 2012 chez Amaury Sport Organisation, il occupait le poste de responsable du département commercial HRP. Son but était de valoriser la marque A.S.O dans le cadre de ses activités d'événements sportifs (Tour de France, Dakar, Marathon de Paris ....).
Arnaud Jaouen ne restera que 16 mois à l'ASSE puisqu'il rentrera sur Paris en mai 2015 pour raisons familiales. Il deviendra dans la foulée le Directeur du développement commercial de Lagardère Paris Racing.

A lire :     Son arrivée à l'ASSE (janvier 2014)        Son départ de l'ASSE (mai 2015)          

Pour rappel, Bernard Caiazzo a fixé l'objectif d'Arnaud Jaouen dans une interview accordée à l'Equipe : "Il devra être capable d'aller chercher 10 M€ de recettes supplémentaires pour éviter de devoir équilibrer le budget en vendant un joueur" précise le président du conseil de surveillance de l'ASSE. "On doit augmenter notre budget grâce au stade, de nouvelles ressources marketing et à un partenariat innovant avec nos supporters. Saint-Etienne écoule 50 000 maillots par an alors qu'il devrait en vendre 100 000 à 150 000. On réfléchit à la création d'une grande communauté de membres des Verts. Le PSG a ses Qatariens, Monaco a ses Russes. Saint-Etienne a ses supporters."

Arnanud Jaouen explique son arrivée à l'ASSE ainsi que ses objectifs : "Il y a un et demi, j’ai rencontré Bernard Caïazzo à Paris puis aussi Roland Romeyer à Saint-Etienne. Il ne s’agissait alors que d’échanger. Le poste que j'occupe à l'ASSE est nouveau : il s’agit de coordonner et développer billetterie, sponsoring, musée, merchandising, Cœur vert, nos médias… On travaille trop de manière isolée. Le but, c’est la transversalité. Ce poste est courant dans d’autres championnats, cela tend à devenir dans le foot français : PSG, l’OM, Lille, Nice…
 Nous voulons mieux répondre aux besoins, attirer plus de familles, qu’elles passent ainsi que les supporters de toujours, plus de temps au stade. Avec la popularité des Verts en France, un stade modernisé, agrandi, avec plus de loges et le musée, le potentiel est énorme. Mais j’ai bien conscience du contexte local. Ici, c’est collectif, c’est populaire. Pas question de rendre Geoffroy-Guichard cher, de calquer un modèle. Il faut l’adapter. On travaille sur des pistes. Sur la billetterie par exemple, nous songeons à des packs places adultes-enfant et/ou liés à des activités (visite du musée, de l’Etrat) ou du merchandising ; à récompenser la fidélité : en faisant gagner des expériences à vivre, avec les joueurs par exemple. Réactivons le Kid’s club, appuyons nous sur les réseaux sociaux.
Au stade, on veut plus d’activités avant et après le match, que l’on y mange mieux, que les supporters puissent se retrouver après dans un lieu annexe. La ferveur doit se prolonger ! En levée de rideau sur ces idées, le 20 avril, l’ASSE reçoit Rennes pile un an après la finale de la Coupe de la Ligue. A cette occasion, les joueurs porteront le même maillot qu’en finale aux numéros composés de photos de supporters payées 10 €. Quant au sponsoring, là aussi, il y a du potentiel : à partir de nos couleurs par exemple, essayer de séduire des entreprises nationales."