Données de juillet 2016

Benjamin CORGNET

Né le  06/04/1987 A Thionville
Taille: 1,80 m Poids: 75 kg Nationalité: Français

Poste

Milieu offensif 

Au club depuis:  11 juillet 2013 (Contrat de 4 ans)
Premier match en L1: 
Dijon-Rennes : (1-5) le 07/08/2011
Clubs précédents: 
Millery-Vourles, Chasselay, Dijon, Lorient
Palmarès: 
 
Nombre de matches en L1:
130 
Buts:
 21
Sélections : 
A lire :   L'arrivée de Corgnet à l'ASSE   
              
C'est jeudi 11 juillet 2013 que Benjamin Corgnet, en provenance de Lorient, a posé ses valises à Saint-Etienne, en signant un contrat qui le lie pour 4 ans à l'ASSE. 

Benjamin Corgnet possède un parcours atypique : n'ayant jamais connu les centres de formation, il a effectué ses classes dans des clubs amateurs. De son propre aveu, il a eu la possibilité, vers 10-11 ans, d'intégrer le centre de formation de l'Olympique lyonnais, mais ses parents (père ingénieur et mère sage-femme) ont refusé, préférant qu'il se consacre d'abord à ses études de médecine puis de kiné.

En jeunes, il évolue d'abord à l'Olympique Saint-Genis-Laval, près de Lyon. À 18 ans, il rejoint le club rhodanien de Division d'Honneur de l'US Millery-Vourles, où il reste durant quatre saisons, avant d'être remarqué par le club de CFA2 du Monts d'Or Azergues Foot, également dans le Rhône.

En six mois, il attire déjà les regards de clubs de Ligue 2. Recommandé par Ghislain Anselmini, ancien joueur professionnel de l'Olympique lyonnais notamment, il est contacté en décembre 2009 par Patrice Carteron, l'entraîneur du Dijon FCO, pour un essai de trois jours.

Cet essai s'avère concluant, puisque le club dijonnais lui propose un contrat, mais Benjamin Corgnet refuse car il préfère attendre la fin de saison, le temps de passer son BTS d'opticien. Diplôme qu'il obtient, ainsi que l'accession en CFA avec son club, avant de s'engager le 1er juillet 2010 avec le Dijon FCO pour son premier contrat professionnel de deux ans.

Son premier match professionnel correspond aussi au premier match officiel du club de la saison 2010-2011 en Coupe de la Ligue contre le SC Amiens. Il marque son premier but professionnel le 17 septembre 2010 lors de la 7e journée de Ligue 2 au cours d'une large victoire (5-1) contre l'Évian TGFC. Il s'impose vite comme un titulaire régulier, et se voit rapidement proposer une prolongation de contrat de deux ans qu'il signe le 6 octobre 2010. Grâce à ses bonnes performances, il contribue à la montée du club en Ligue 1. Son excellente saison lui vaut d'être nommé dans la catégorie Meilleur Joueur de Ligue 2 et de figurer dans l'équipe type de Ligue 2 aux Trophées UNFP du football 2010-2011 .

Il découvre la Ligue 1 avec son club lors de la saison 2011-2012. Au cours de cette saison, il dispute 36 matches et marque 8 buts. Il s'affirme alors comme un des meilleurs joueurs du championnat à son poste, à tel point que des rumeurs sur une éventuelle sélection en équipe de France apparaissent. Malheureusement, il ne peut empêcher la relégation de son club.

Malgré de nombreuses rumeurs de transferts à l'intersaison, il débute la saison suivante en Ligue 2 avec le club dijonnais. Avec trois buts en quatre matches joués, il contribue grandement à la première place de son club au classement après six journées. Le 4 septembre 2012, dernier jour de la période des transferts, il signe finalement au FC Lorient, contre une indemnité de 6 M€. Il marque son premier but avec les Merlus le 20 octobre face à Valenciennes (défaite 6-1). Durant cette saison 2012-2013, il va disputer avec le FC Lorient 26 matches et inscrire 5 buts.
Le 11 juillet 2013, Benjamin Corgnet s'engage avec l'AS Saint-Etienne pour une durée de 4 ans.

 
Saison Club Joués Buts Coupes Europe
2005-2006 US Millery-Vourles (DH)        
2006-2007 US Millery-Vourles (DH)        
2007-2008 US Millery-Vourles (DH)        
2008-2009 US Millery-Vourles (DH)        
2009-2010 MDA Chasselay (CFA2)        
2010-2011 Dijon FCO (L2) 32 1    
2011-2012 Dijon FCO (L1) 36 8 4 m, 1b  
2011-2012 Dijon FCO (L2) --> août 2012 4 3 1 m, 0b  
Lorient (L1) 26 5 3 m, 0b  
2013-2014 ASSE (L1) 28 7 2 m, 0b C3 : 3 m,  0 but
2014-2015 ASSE (L1) 24 0 4 m, 1b C3 : 3 m,  0 but
2015-2016 ASSE (L1) 16 1 3 m, 1b C3 : 6 m,  1 but
2016-2017 ASSE (L1) .... ... .... C3 : .....

Benjamin Corgnet refuse un transfert en MLS (Source : Poteaux Carrés, le 11 août 2016)

Benjamin Corgnet a repoussé début août 2016 une offre du Sporting Kansas City. Le quatrième de la Conférence Ouest de la Major League Soccer était pourtant prêt à payer 1,5 M€ pour s'attacher les services du milieu de terrain stéphanois, actuellement sous contrat avec l'ASSE jusqu'en 2017.

Benjamin Corgnet évoque son avenir dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

 "Le club aimerait que je trouve quelque chose d’autre. Je fais ce que le club m’ordonne. Je suis un joueur de Saint-Etienne. J’ai envie d’avoir du temps de jeu, ce qui n’a pas été le cas en fin de saison dernière. J’en ai moins en ce moment. En foot, tout va très vite, on verra les opportunités qui se présenteront. Il me reste une année de contrat. Pour l’heure, je suis encore à Saint-Etienne. J'ai eu quelques sollicitations, dont une aux États-Unis [ndp2 : Kansas City]. Il n’y a pas que l’aspect sportif qui entre en ligne de compte. Il faut prendre en compte l’aspect familial. C’est un tout. J’ai décidé de refuser. On va voir ce qui se présente. Le mercato est encore long."

Benjamin Corgnet et les exigences du football professionnel (Source : Poteaux Carrés, le 13 avril 2017)

Dans So Foot Club de mai prochain, Benjamin Corgnet explique comment il a dû s'adapter aux exigences du foot professionnel. Extraits.

 "Quand j'ai signé pro, j'avais déjà 23 ans. Le gros changement a été de devoir m’entraîner tous les jours. Il a fallu prendre le rythme. Les préparations d’avant-saison ont également été difficiles, puisque parfois, on se retrouve avec des séances doublées. Je n’étais pas du tout habitué à ça, mon corps a dû s’adapter. J’ai fait pas mal de renforcement du bas, tout ce qui est quadriceps, ischio-jambiers, mollets.

 En fait, j’avais besoin de plus de récupération quand je faisais des grosses séances. Ce qui m’a fait beaucoup de bien, c’est d’avoir été suivi par un fasciathérapeuthe. Ça m’a énormément aidé pour digérer plus facilement les grosses charges de travail. J’ai également continué à utiliser certains outils que je connaissais déjà un peu en amateur, comme les bas de contention, les chaussettes de récup… Tout ce qui sert à récupérer, quoi. Et puis il y a des petits détails ultra importants comme les étirements, par exemple. Enfin, ce qui fait la plus grosse différence, c’est bien dormir moins sortir.

 Faire des concessions sur la nourriture aussi. Un petit peu, forcément. J’ai toujours fait attention à ce que je mangeais sans me priver forcément. Après, il a fallu tout de même supprimer quelques mauvaises habitudes que j’avais prises lorsque j’étais étudiant comme les kebabs ou le McDo.  Globalement, aujourd’hui, je mange sain, et encore plus depuis qu’on a des enfants avec ma femme. On fait attention au maximum. Je mange pas mal de légumes et de fruits. Je ne vais pas manger des pizzas tous les soirs avec mes gosses, faut leur donner une bonne alimentation.

 La sieste, c’est aussi super important. Par exemple, je n’y étais pas du tout habitué, donc ma première année à Dijon, je ne faisais jamais la sieste, je n’y arrivais pas. Et puis la venue de mon premier enfant m’a un peu fatigué, donc là, je me suis mis à la faire, mais c’est vrai que c’est un rythme particulier. Avant ça, je n’avais jamais fait la sieste de ma vie. Alors qu’aujourd’hui, si je n’ai pas ma petite sieste d’au moins un quart d’heure, bah je sens que la journée est un peu plus longue et un peu plus difficile.

 Il n'y a pas spécialement des aspects de mon jeu que j'ai travaillés en particulier. Après, j’ai essayé de faire attention à ma qualité de passe. J’évolue à un poste où la dernière passe peut être importante, donc il est vital de bien la réussir au moment donné, et pour ça, il faut bien la travailler à l’entraînement. Et puis, à chaque fin de séance, je reste pour travailler devant le but quand il y a des petits exercices. À force de marquer des buts à l’entraînement, tu finis par en inscrire aussi en match. Tu prends plus confiance, donc tu tentes plus, et forcément, ça te réussit plus."

Benjamin Corgnet et sa situation (Source : Poteaux Carrés, le 16 avril 2017)

Longtemps écarté de l'équipe pro des Verts cette saison, Benjamin Corgnet évoque sa situation dans la dernière édition du Parisien. Extraits.

"C’est la première fois dans ma carrière que j’ai eu des moments vraiment durs à gérer. Je n’ai pas forcément compris. Et, quand on ne comprend pas les choses, on peut être rancunier… Beaucoup de choses se sont passées dans ma tête. Les premières semaines, c’était dur de regarder les matchs des Verts. Si j’avais boudé, je me serais fait reprendre de volée par mon père. Ce n’est pas dans mon éducation. Après, je ne dis pas que ça me faisait plaisir de jouer en CFA 2. Mais j’ai réussi à relativiser.

 Je ne suis pas rancunier, même si je n’ai pas compris les choix. L’été dernier, j’ai eu une explication. Le club et l’entraîneur ne comptaient pas forcément sur moi. Mais, chaque été, des joueurs ne sont pas forcément désirés. Je pensais avoir ma chance plus tard. Là, j’ai eu l’impression que quoi qu’il se passe, qu'il y ait des méformes, des blessés, ça ne changeait rien. Ce qui m’attristait le plus, c’était de finir comme ça dans un club comme Saint-Étienne, que mes enfants ne ne me voient plus jouer à Geaoffroy-Guichard.

 J’ai eu des offres en janvier. Les clubs intéressés étaient à la lutte pour le maintien. On a décidé avec mon conseiller et ma famille qu’il y avait un risque sportif à y aller et se retrouver en difficulté en cas de descente. Je me suis dit qu’il restait 3-4 mois et qu’après je serai libre. Ce qui m’a sauvé, c’est d’être dans cette situation-là avec Jérémy Clément, qui est un bon pote. On a vécu ça à deux. On s’est soudés encore plus. On s’est dit de ne pas lâcher. Je n’étais pas avec un gars qui râlait tous les jours. On n’a pas triché en jouant avec la réserve. Tout seul, j’aurais certainement eu plus de mal."