Données d'août 2017

Yohan MOLLO

Né le  18/07/1989 A Martigues (Bouches du Rhône)
Taille: 1,75 m Poids: 76 kg Nationalité: Français

Poste

Milieu offensif 

Au club depuis:  1 janvier 2013 (Prêté pour 6 mois par l'AS Nancy) puis 2 septembre 2013 (prêt d'un an avec OA)
Prêt avec Option d'achat au Krylia Sovetov Samara (Russie)
Premier match en L1: 
Monaco - Nice : 1-2 le 18/10/2008
Clubs précédents: 
Monaco, Caen, Granada FC, AS Nancy
Palmarès: 
Champion des réserves pro en 2008
                Finaliste Coupe de France 2010
                   
Coupe de la Ligue 2013 (ASSE)
Nombre de matches en L1:  
173
Buts:
 21
Sélections : France Espoirs (8 sélections)
Quitte l'ASSE en juillet 2013 à l'issue de son prêt.
A lire :   L'arrivée de Yohan Mollo à l'ASSE (janvier 2013)             
Son portrait sur le site Poteaux Carrés
Son autoportrait sur le site de l'ASNL   
Le retour à l'ASSE de Yohan Mollo (septembre 2013)
Le prêt au Krylia Sovetov (août 2015)
Le transfert au Krylia Sovetov (août 2016)
            
Formation et débuts professionnels à Monaco
Yohan Mollo
, né le 18 juillet 1989 à Martigues. Il est le cousin de Pierre André Gignac et Jacques Abardonado. Yohan Mollo arrive à l'AS Monaco à 14 ans et y suit sa formation. Il signe un premier contrat élite en 2007, un an avant de remporter avec la réserve le titre de champion de France des réserves, à 18 ans.
Milieu droit de formation, replacé à gauche en équipe première, Mollo est connu pour sa qualité de dribble, de passe et d'accélération. Grand fan de Cristiano Ronaldo, il lui arrive souvent de tenter, avec plus ou moins de réussite, les mêmes gestes que son idole, comme le coup du foulard, des passes aveugles ou des passements de jambes.
Il effectue son premier match en Ligue 1 le 18 octobre 2008, en remplaçant Diego Perez à la 62e minute lors du derby contre Nice au stade Louis-II (défaite 2-1). Il est titularisé pour la première fois le 29 octobre contre Nancy au stade Louis-II (victoire 3-1) et délivre à cette occasion une passe décisive. Dès lors, il joue de plus en plus, profitant des blessures récurrentes de Meriem et Alonso pour gagner progressivement sa place de titulaire au sein de l'équipe monégasque. En novembre 2008, il est sélectionné pour la première fois en équipe de France espoirs. Le 7 février 2009, il marque son premier but lors du match Lorient-Monaco. Il reçoit le trophée METRO du meilleur joueur de l’AS Monaco FC pour le mois de février et celui de mars 2009. Mollo est alors considéré comme une des révélations du club princier de la saison, au même titre que Juan Pablo Pino ou Nicolas Nkoulou.
Sa saison 2009-2010 est plus décevante. Handicapé par une blessure, il ne signe son premier contrat professionnel avec le club de la Principauté qu'en décembre, après de délicates discussions avec les dirigeants. Au final, il ne débute que sept rencontres de championnat.

Prêt au SM Caen
Le club monégasque accepte de le prêter au début de la saison 2010-2011 au Stade Malherbe Caen, promu en Ligue 1. Il évolue au poste d'ailier gauche où il se fait remarquer par ses qualités offensives et sa technique, malgré des performances irrégulières. Le 26 février 2011, lors du match Monaco - Caen, il marque le but égalisateur (2-2) contre son club formateur, sur coup-franc. Sa réaction après le match, jugée provocatrice par les Monégasques, fait polémique et lui vaut d'être convoqué devant le Conseil national de l'éthique. Le 20 mars contre l'AC Arles-Avignon, puis contre l'OGC Nice le 1er mai, Mollo inscrit deux buts cruciaux sur coup-franc direct. Généralement titulaire sur la saison, il marque au final quatre buts, dont trois sur coups francs directs, et réalise trois passes décisives. Malgré le souhait des dirigeants caennais de le conserver, sa clause de libération fixée à environ 8 millions d'euros empêche son transfert définitif en Normandie.

Retour à Monaco et transfert à Granada
Yohan Mollo retrouve l'AS Monaco en juin 2011 mais, après avoir déclaré à plusieurs reprises sa volonté d'aider son club formateur à remonter en Ligue 1, il décide de vider son casier et de partir sans prévenir afin de s'engager avec le club de Grenade, promu en Liga.

Prêt et transfert définitif à l'AS Nancy
Peu utilisé en Liga, il est prêté avec option d'achat à l'AS Nancy-Lorraine le 2 janvier 2012. Auteur d'une demi-saison réussie, l'option d'achat est définitivement levée. 

Prêt pour 6 mois à l'ASSE
Au mercato d'hiver 2013, il est prêté six mois à l'ASSE sans option d'achat. Il explique son départ par des relations houleuses entre son entraîneur Jean Fernandez et son capitaine et défenseur André Luiz.
S'intégrant très vite à sa nouvelle équipe, il va réaliser 6 superbes mois à l'ASSE (19 matches de L1, 4 buts), permettant aux Verts de remporter la Coupe de la Ligue. L'ASSE aurait bien aimé le conserver, mais le prix exigé par Nancy, relégué en L2, étant trop élevé (6 millions d'euros), Roland Romeyer ne donna pas suite.


Son arrivée à Saint-Etienne

Yohan Mollo s’est donc engagé ce mardi 1er janvier et jusqu’à la fin de la saison 2012-13 avec l’ASSE. Confronté à la participation de Faouzi Ghoulam et Max-Alain Gradel à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, qui se déroulera du 19 janvier au 10 février, mais aussi à la blessure d’Alejandro Alonso, le club accueille l’attaquant de l’AS Nancy-Lorraine en prêt et renforce ainsi son secteur offensif. Yohan Mollo portera le n°11.

>> Roland ROMEYER, Président du Directoire de l’ASSE : « Yohan est un joueur de talent et de caractère. Il aime les challenges et son état d’esprit s’inscrit totalement dans la politique sportive que nous avons mise en place. Il a manifesté une réelle envie de rejoindre le club. Comme il connaît bien le championnat de Ligue 1, je suis convaincu qu’il va rapidement s’adapter. »

>> Yohan MOLLO : « L’ASSE est un club mythique avec des supporters fantastiques et de superbes infrastructures. C’est une équipe que j’ai toujours suivie car mon père est fan du club et de Dominique Rocheteau. Je suis impatient de commencer. J’espère apporter un plus au groupe et aider mes nouveaux coéquipiers à réaliser leurs objectifs. »

Yohan Mollo repart à l'AS Nancy puis revient à l'ASSE (2 septembre 2013)
Son prêt terminé, Yohan Mollo retourne à l'AS Nancy et passe l'été 2013 dans le club lorrain. Il y fait la préparation estivale et joue même 2 matches en L2, mais il est en instance de transfert. Le mercato sur le point de s'achever, le Président Rousselot se voit contraint de baisser le prix demandé. Finalement, l'ASSE se fait prêter le joueur pour un an (2013-2014) avec une option d'achat. Yohan Mollo retrouve donc, le 2 septembre 2013 le club forézien pour la saison 2013-2014 : c'est comme s'il ne l'avait pas quitté, mais cette fois, il sera orphelin de PE Aubameyang transféré à Dortmund. Mais son retour à Saint-Étienne se fait dans le cadre d'un prêt d'un an avec obligation d'achat en fin de saison, si l'ASSE se maintient en Ligue 1. Le maintien étant assuré, Mollo est transféré à l'ASSE pour la saison 2014-2015, une saison où il jouera 23 matches en L1, inscrivant 4 buts. 

Yohan Mollo prêté (août 2015) puis transféré (août 2016) au Krylia Sovetov
Le 16 août 2015, il annonce sur Instagram son départ pour la Russie sans connaître pour autant l’identité du club. Le 20 août 2015, son départ sous la forme d'un prêt avec option d'achat pour le Krylia Sovetov Samara, promu en D1 russe, est officialisé.

Il est de retour dans le Forez en juillet 2016 et, alors qu'on le dit en instance de départ, il reprend l'entraînement collectif avec les Verts le 19 juillet. Ne rentrant pas dans les plans de Christophe Galtier, il est définitivement transféré au Krylia Sovetov Samara le 31 août 2016. 

 

 

 
 
Saison Club Joués Buts Coupes Europe
2003-2008 AS Monaco (Formation)         
2008-2009 AS Monaco (L1)  24 2 4 m  
2009-2010 AS Monaco (L1)  18 0 2 m  
2010-2011 Caen (L1)  35 4 3 m  
2011-dec 2011 Granada (Liga)  6 0 2 m  
jan 2012-2012 AS Nancy (L1)  19 3 1 m  
2012- dec 2012 AS Nancy (L1)  17 3 1 m  
 jan 2013- 2013 ASSE prêt (L1)  19 4 6 m  
 2013- 2014 AS Nancy (L2) --> 02/09/2013 2 0 0 m  
ASSE (L1)  17 1 2 m  
 2014- 2015 ASSE (L1)  23 4 6m C3 : 2m, 0b
 2015- 2016 --> 20 août 2015 : ASSE (L1)  1 0    
Krylia Sometov Samara prêt (L1 russe)  23 0 2m  
 2016- 2017 Krylia Sometov Samara (L1 russe)  12 5 1m  
janv 17 : Zenith St Petersbourg (L1 russe)  7 1    
 2017- 2018 Fulham (L2 Angleterre : Championship)  ... ... ... .....

Yohan Mollo par lui-même (avril 2015) : Source : Poteaux Carrés)
Dans le Journal du Dimanche

"Je me mets en scène sur les réseaux sociaux pour décoller l'étiquette d'introverti et hautain que l'on m'a collée plus jeune. Rien que cette semaine, j'ai eu 1 000 abonnés de plus sur Instagram. J'en aurai bientôt 18 000. Ces personnes s'identifient à moi. Ma détermination les inspire. Ainsi que mon humilité, qui est ma principale qualité. Je n'ai honte de rien. Dieu m'a façonné à sa manière. Je vais à l'église une ou deux fois par semaine et je fais une heure et demie de muscu par jour. Mes muscles, c'est comme une deuxième personne à l'intérieur de moi, je les traite bien.

 Je pense que je en suis pas vilain, mes photos plaisent. J'ai des propositions de groupies sur les réseaux sociaux mais ça ne m'intéresse pas. J'ai dévoué ma vie et mon corps à mon travail. Dans mon métier, j'ai toujours eu peur de rater le bon wagon. Je me suis conditionné pour ne laisser entrer personne dans ma vie car j'ai du mal à faire deux choses à la fois. Ma plus longue relation a duré quatre mois. L'avantage, c'est que je suis libre, je n'ai pas une femme jalouse qui me réprimande. Tant que je suis footballeur, j'ai peur qu'une femme s'intéresse plus à mon argent qu'à moi. J'ai de la compassion pour ces filles qui ne me regardent que parce que je passe à la télé.

 J'écris, ce n’est pas de la comédie. Je suis très sensible. J’écoute les gens, j’enregistre leur vocabulaire et ça ressort, parfois après un match. Mon inconscient est philosophe. La dernière fois, j’ai écrit que je regrettais d’avoir critiqué publiquement mes entraîneurs dans le passé. Je pensais ce que j’ai dit à l’époque mais j’aurais dû le garder pour moi car j’ai de la chance par rapport aux gens qui triment à l’usine. En fait, j’ai énormément de tristesse en moi. Je sais que la vie peut changer de direction à tout moment. J’aurais pu être serveur en discothèque.

 Je suis égocentrique et je l’assume. Le plus important, c’est moi ! Parce que si je ne deviens pas meilleur, je ne pourrai pas aider mon équipe. A 14 ans, à l'OM, j'ai réclamé des garanties de temps de jeu à José Anigo. J'étais déjà surclassé mais je voulais une sécurité, donc je suis allé lui demander un contrat aspirant. A un moment, le foot devient un métier. Finalement, j'ai signé à Monaco peu après. Après mon départ, l'OM a commencé à accorder des contrats à ses jeunes talents. J'ai donc fait changer les choses.

 Aujourd'hui, mon objectif, c'est d'être un titulaire indiscutable avec Saint-Etienne et d'améliorer mes statistiques. Je ne vis plus de rêves. Yohan Mollo est fan de Yohan Mollo mais il trouve qu'il n'en fait jamais assez. Parfois, ça me ronge. Mais de cette tristesse découle l'indispensable remise en question qui me permet de progresser. Je bosse en pensant au jour où je ferai lever le stade à chaque match, plus seulement une fois sur deux. J'ai reçu une préconvocation en équipe de Farnce l'année où j'ai fait 11 passes décisives en L1. Mais on reparlera des Bleus le jour où je serai dans les 23. La présélection de 50, c'est du vent !"

Dans le Parisien

"Je suis égocentrique. Je prends du plaisir à prendre soin de moi, à m'acheter des habits. Ma mère m'a fait comme je suis. Je m'accepte de cette manière. J'ai toujours été extraverti. J'aime beaucoup parler de moi à la troisième personne. C'est ma manière de m'amuser, parce que je ne me prends pas au sérieux. Mes coéquipiers le savent, je leur demande de me faire des photos, des vidéos. Je vais les regarder et dire : "Je suis trop beau aujourd'hui !" Je suis dans la déconne. Je sais que je ne peux pas plaire à tout le monde. Moi je m'aime, c'est le plus important. Je suis un fou de travail, je me sers de la muscu pour le football.

 Quand j'ai commencé à Monaco, je voulais mettre le gars au sol sur un dribble, l'attendre et le remettre au sol. Je voulais humilier pour prouver ma supériorité. Mon envie de provoquer est restée. mon envie d'humilier, moins. Maintenant, je préfère éliminer un joueur et qu'il ne me revoie plus. Mon rêve et mon objectif, c'est d'être un sportif de premier plan. Je suis capable d'être un grand joueur. J'ai des qualités et je donne ma vie pour ce métier. Je n'ai pas de femme parce que le foot occupe tout mon esprit. Je mange sainement et je ne bois pas d'alcool, je vis foot 24 heures sur 24. Parce qu'un jour j'ai l'ambition de finir une saison et de me dire : j'ai été grand."

Adrien Laëthier du site http://www.footballski.fr a interviewé Yohan Mollo après son début de saison réussi dans son nouveau club. Extraits. (Source : Poteaux Carrés)

 Le staff de Krylya Sovetov Samara est venu vers moi dès le début du mercato.

Ils m’ont clairement fait comprendre qu’ils voulaient miser sur moi et qu’ils voulaient construire quelque chose autour de moi cette saison.

 Au niveau de la ville, je ne suis pas quelqu’un de difficile, Saint-Étienne n’est pas forcément une ville fantastique non plus.

 Je ne sentais pas forcément que j’étais un membre vraiment important de l’équipe à l’ASSE ; c’est la raison pour laquelle j’ai choisi le projet qui me garantissait du temps de jeu. Maintenant c’est à moi de faire mes preuves.

 Je préfère franchement jouer dans le froid que dans le chaud. Puis les températures extrêmes seront quand on sera en vacances. Il faut dire aussi qu’a Sainté ou à Nancy, on a joué sous la neige. J’ai joué également à Caen, ce ne sont pas des villes où il fait 40 degrés. Ce n’est pas un facteur qui me dérange plus que ça.

Yohan Mollo, prêté au Krylia Sovetov s'éclate en Russie et revient sur sa carrière (Source : Poteaux Carrés)

Prêté au Krylia Sovetov (Russian Premier League) l'été dernier, Yohan Mollo s'éclate en Russie. A l'occasion de la trève dans le championnat russe et de sa préparation en Espagne, Yohan a accordé au mag So Foot une longue interview, où il est question notamment de son transfert chez les Russes, mais également de son arrivée dans le Forez en 2013 :

 "Je fais toute ma préparation avec les Verts, tout se passe bien et je pensais que j’allais rester. Pour la première rencontre, un match de Coupe d'Europe, je suis remplaçant. Pour le premier match de championnat, aussi. Là, je n’ai pas envie que l’histoire se répète, à faire des allers-retours sur le banc. Mais j’accepte, ça ne sert à rien de faire du bruit. J’attendais ma chance, en espérant un changement. Sauf que les jours d’après, je suis encore sur le banc. Moi, je voulais finir ma préparation avant de décider de quoi que ce soit. Et là, on m’a fait comprendre que je n’étais pas une priorité. Alors, quand le Krylia, qui me suivait depuis le début du mercato, m’appelle et me dit qu’ils ont besoin de moi, et bien j’y vais ! Et d’ailleurs, je suis très content d’y être."

 "Quand l’un des cinq meilleurs clubs de France t’appelle, qu’est-ce que tu fais ? Bah moi, j’y vais direct ! Dans la vie, il faut savoir saisir les opportunités et ce n’est pas parce qu’on part, qu’on ne respecte pas le club où l’on était avant. À Sainté, même après mon premier match, je n’y croyais toujours pas. C’était comme un rêve de gosse et mon père était un grand fan de cette équipe. J’ai découvert l’un des meilleurs publics de France, des joueurs du top niveau. Je vivais à la campagne dans une maison, j’étais tranquille. Je suis quelqu’un d’assez casanier. Les choses se méritent dans la vie. Quand on gagne et que tout se passe bien, je peux me laisser aller et sortir un peu, voir du monde. Sauf que je ne bois pas, je ne fume pas et je ne suis pas un fêtard. Après, j’aime les femmes, mais je n’ai pas besoin d’aller en boîte pour en voir, hein !"

 Sur son aller-retour Saint-Etienne-Nancy... 

"C’était le flou. J’ai attendu. Pendant un temps, il y avait l’OM, mais ils se sont rétractés au dernier moment. Il y avait aussi un club allemand, mais j’étais surtout super content de revenir à Saint-Étienne. La saison se passe super bien, je marque quelques buts, je fais des passes décisives et on gagne un titre (Coupe de la Ligue 2013, ndlr) À Sainté, je me suis élevé, car j’évoluais avec des joueurs de top niveau. Quand tu joues avec les meilleurs, tu deviens toi-même meilleur." 

Yohan Mollo, prêté au Krylia Sovetov , se pose des questions sur son avenir (Source : Poteaux Carrés)

Prêté - avec option d'achat - fin aout 2015 au Krylia Sovetov, promu en 1ère division Russe, Yohan Mollo s'apprête à boucler une saison bien remplie.

En effet, il affiche 23 matchs de championnat au compteur (sur 29 journées, en étant arrivé après la 5ème journée), dont 22 en tant que titulaire, néanmoins sans un seul pion claqué.
Actuellement 9ème (sur 16) son club est assuré de se maintenir à une journée de la fin du championnat.

De quoi imaginer que l'option d'achat soit levée par son club ? Sans doute, même si dans une interview au site Russe Rsport datant d'avril, notre Narcisse, roi du passement de jambes se montrait évasif ("Ceci est une question que je me pose, que beaucoup de gens me posent. Il y a beaucoup de paramètres. Je réfléchis, je regarde les conditions de travail et le fait que certains clubs me sollicitent. Mais ceci n’est qu’une possibilité, en tout cas, je suis ouvert à de telles propositions.") et préférait, entre quelques considérations sur la culture Russe ou le terrorisme, faire quelques clins d'oeil à la Ligue 1.

Ainsi, à la question du joueur le plus rugueux rencontré il a répondu : "Pour être honnête, je pense qu’il joue dans mon équipe. Son nom est Moustapha Bayal Sall."

Evoquant la carrière de son cousin Gignac passé par Marseille il avoue son faible pour l'OM : "Jouer pour Marseille a toujours été mon rêve, mais je suis très heureux qu’il ait incarné mon rêve. Je sais la chance que j’ai de l’avoir. Ma vie ne cesse pas, elle continue."

Demain, Mollo bouclera son championnat en recevant l'Anji Makhatchkala. Il sera alors grand temps de savoir s'il poursuit l'aventure au bord de la Volga où s'il quitte le sud de la Russie.

Les confidences de Yohan Mollo  (Source : Poteaux Carrés, le 4 juillet 2017)

Actuellement en stage en Autriche avec le Zenith Saint-Petersbourg, Yohan Mollo s'est confié à France Football. Extraits.

 "La Russie m'a fait énormément de bien. Je kiffe mon football. Ma détermination m'a donné envie de redémarrer un cycle. Je n'ai jamais eu peur de l'inconnu, de me tester, d'avoir de la concurrence. J'ai donc eu la motivation d'aller voir ce qu'il se passe ailleurs. Avec la France, le problème, c'est que lorsque vous avez une image, les gens ont dû mal à se dire que la personne est capable de changer, d'évoluer. J'étais dans ma bulle, avec l'objectif de grandir en tant qu'homme et en tant que professionnel. Chose que j'ai accomplie. Je sens que j'ai gagné en maturité désormais. Et ça m'a fait énormément de bien. Je n'ai pas de rancœur, c'est la vie et le foot qui sont comme ça.

 Niveau temps de jeu, c'est vrai, ce n'est pas ça pour le moment. C'est le football, c'est comme ça. Moi, je suis là pour bosser, je me donne à fond, ensuite des choix sont faits, et je les respecte. Je suis quelqu'un d'assez déterminé donc je ne lâche pas. Je bosse, je bosse, je bosse. Aujourd'hui, il me reste deux ans de contrat avec le Zénith. J'attends de terminer la préparation et ensuite on verra en fonction de ce qu'il se passe. C'est possible de voir un jour Yohan Mollo revenir jouer dans l'Hexagone, bien sûr ! Je n'ai pas vraiment eu de contacts récemment. Mais honnêtement je me sens bien là où je suis. Je n'ai pas envie de revenir dans l'immédiat."