Données de juillet 2014

Kevin MONNET-PAQUET

Né le  19/08/1988 A Bourgoin-Jallieu (Isère)
Taille: 1,83 m Poids: 73 kg Nationalité: Français

Poste

Attaquant 

Au club depuis:  23 juin 2014 (Contrat de 4 ans)
Premier match en L1: 
Lens-Lorient : (1-1) le 19/08/2006
Clubs précédents: 
Lens, Lorient
Palmarès: 
 Coupe Intertoto 2007 (Lens)
                   Coupe de la Ligue 2008 (Lens)
                   Champion de France L2 2009 (Lens)
                  
Nombre de matches en L1:
195    en L2 :  35  
Buts en L1 :
 22    en L2 :  7  
Sélections : France -18ans, -19 ans, Espoirs
A lire :   L'arrivée de Monnet-Paquet à l'ASSE   
              
L’AS Saint-Etienne est le troisième club dans la carrière du natif de Bourgoin-Jallieu, en Isère. A bientôt 26 ans (il est né le 19 août 1988), l’attaquant franco-rwandais retrouve une région qu’il connaît bien et s’engage dans une équipe du top 4 français afin de donner un nouvel élan à sa carrière. 
Formé au Racing Club de Lens, Kévin Monnet Paquet (1m83, 73 kg), réputé rapide, percutant et bon dribbleur, a découvert la Ligue 1 le 19 août 2006, à l'occasion du match Lens-Lorient, remplaçant Jonathan Lacourt. Il marque son premier but en Ligue 1 lors du derby face à Valenciennes FC, le 23 janvier 2008. Ce but lui offre plus de temps de jeu jusqu'à la fin de saison, mais son apport n'est pas suffisant pour aider son club à se maintenir en première division. À l'intersaison 2008, ses prestations récentes poussent certains clubs à s'intéresser à lui, mais son club formateur espère pouvoir le garder dans son effectif pour qu'il participe activement à la remontée, la plus rapide soit-elle. Après la proposition du Mans visant à enrôler le jeune Lensois, le président Martel lui aurait formulé une proposition pour prolonger son contrat. Il débute ainsi la saison 2008-2009 en L2 et se montre prometteur en inscrivant quelques buts précieux. 

Le 26 septembre 2008, Monnet-Paquet signe, à un an de la fin de son contrat, quatre années supplémentaires jusqu'en 2013. Rapidement, et grâce à la confiance donnée par le nouvel entraîneur Jean-Guy Wallemme, Monnet-Paquet devient le meilleur buteur du club. 
À l'hiver 2009, il est donc fort logiquement convoité par plusieurs clubs français et européens. La Fiorentina se serait même positionnée sur le joueur. 
Le 30 août 2010, après 5 ans à Lens et 112 matches avec les Sang et Or, il est prêté avec option d'achat au FC Lorient. Bien que les conditions ne soient pas très claires (prêt avec option d'achat automatique, officiel en cas de maintien, option d'achat habituelle...) et que rien ne montre que le club morbihannais a levé cette option d'achat à la fin de la saison, Loïc Féry annonce qu'il compte sur Monnet-Paquet pour la saison 2011-2012. Durant la saison 2012-2013, il dispute 35 matches de Championnat et 6 matches de Coupe, inscrivant 6 buts. Lors de la saison 2013-2014, il a disputé 36 matches avec le FC Lorient, dont 31 comme titulaire, portant son total à 195 matches de Ligue 1. Il a inscrit 4 buts et délivré 3 passes décisives. 

Le 23 juin 2014, il quitte le FC Lorient et signe en faveur de l' AS Saint-Étienne pour une durée de 4 ans.
Sous les couleurs de l'ASSE, Kévin Monnet-Paquet portera le numéro 22.

Kévin Monnet-Paquet : «Je souhaitais rejoindre un club ambitieux qui joue le haut de tableau. L'AS Saint-Etienne répond parfaitement à mes attentes. L'équipe est sur une bonne dynamique depuis plusieurs saisons. Le discours du coach m’a motivé. J’ai hâte de découvrir Geffroy-Guichard et de goûter à nouveau à la Coupe d’Europe.  C'est ici que je peux continuer à franchir des paliers.»

Christophe Galtier, entraîneur de l'ASSE : « Kevin est un joueur que nous suivions depuis longtemps. Je souhaitais avoir un profil comme le sien au sein de l’effectif. C’est un très bon équipier, polyvalent, capable de répéter les efforts, défensifs et offensifs. Il est ambitieux et aura la possibilité de bien s’exprimer. »

Saison Club Joués Buts Europe
2006-2007 Lens (L1) 5 0 C3 : 4 matches, 0 but
2007-2008 Lens (L1) 18 2 C3 : 1 match, 0 but
2008-2009 Lens (L2) 35 7  
2009-2010 Lens (L1) 32 4  
août 2010-2011 Lens (L1) 3    
sept 2010-2011 Lorient (L1) 31    
2011-2012 Lorient (L1) 35 6  
2012-2013 Lorient (L1) 35 6  
2013-2014 Lorient (L1) 34 4  
2014-2015 ASSE (L1)      

Kévin Monnet-Paquet vu par Jean-Guy Wallemme, son ex-coach au RC Lens et Georges Tournay ex-directeur du centre de Formation lensois (20 minutes, mai 2015)

Jean-Guy Wallemme évoque KMP dans 20 Minutes.
"Je l'ai entraîné à Lens. Kévin est très introverti et il n’a jamais été un tueur devant le but. Il doit se faire violence afin de franchir cette étape que représente l’ASSE. Kévin a vraiment besoin d’être en confiance. Quand on voit que Tabanou a été obligé de descendre arrière-gauche, on comprend qu’il y a du monde devant à l’ASSE. Et Gradel a été exceptionnel cette année."
Ancien directeur du centre de formation des Sang et Or, Georges Tournay complète les propos de l'ancien capitaine stéphanois.
"Ce n’est certainement pas un leader naturel par la voix, mais il a toujours été exemplaire et à l’écoute chez nous.  La finition est le petit bémol de son jeu. Nous avions cherché à le rendre moins perfectible à ce niveau lors des derniers mois de formation. Mais je suis sûr qu’il va s’adapter à Saint-Etienne."

Kévin Monnet-Paquet connaît les chansons (Source : Poteaux Carrés, vendredi 17 mars 2017)

Dans l'Equipe, Kévin Monnet-Paquet commente les chansons dont il fait l'objet. Extraits.

 "La chanson de la "Divette de Montmartre" où les fans parisiens des Verts chantent, sur les airs du tube de Joe Dassin, les "Champs-Élysées" : "Pas attaquant, pas défenseur. On ne sait même pas si c'est un joueur. Mais ça ne nous empêchera jamais de l'encourager. Oh Monnet-Paquet, palapalapa. Oh Monnet-Paquet, palapalapa" ? Celle-là, c'est Jessy qui m'en a parlé. Comme il me taillait après le dernier derby, il m'a dit : "Regarde. Il y a celle-là aussi..." Mais cette chanson n'est pas sortie dans un stade. En vrai, c'est comme si elle n'existait pas. Sauf sur Internet. Il faut vraiment être fan de Saint-Étienne pour la connaître. Sincèrement, je m'en fiche. Elle ne m'a pas fait mal. Les gars, ils sont en train de boire des canons quand ils la chantent à la Divette.

 Pour moi, je n'ai qu'une chanson : "Allez, allez, oho ! Allez, allez, oho ! Ne jamais oublier, ce soir on va gagner, grâce à Monnet-Paquet." Les supporters la chantent tellement fort que je ne peux pas ne pas l'entendre. Même au dix-huitième étage de notre hôtel à Manchester, je l'ai entendue ! Avant Lyon, Jessy, qui est au courant de tout ce qui se passe dans les tribunes, me dit : "Écoute..." On s'échauffait devant le kop Nord quand les supporters se sont mis à la chanter. Puis de nouveau, quand j'ai ouvert le score. Tu as beau faire abstraction, tu l'entends. C'était fort. Pendant le derby, nos supporters, c'étaient des "tueurs". Tu te dis alors , il faut que je mette un deuxième but. Je l'ai chantée un peu avec eux sur la pelouse. Mais dans ma tête. Après, j'ai arrêté car ils l'ont chantée longtemps et on a failli prendre un but derrière.

 Au début, quand ça tournait moins bien pour moi et pour l'équipe et qu'ils s'ennuyaient dans les tribunes, les supporters ont sorti cette chanson pour s'amuser. Mon nom rentre bien dedans. Quatre syllabes, c'est parfait. Aujourd'hui, c'est pour saluer les performances et parce qu'ils ont vu que je n'ai jamais lâché. Ce chant est donc devenu positif. Mais si vous me dites que l'on ne va retenir de notre saison que ma chanson et le chant de la victoire que Olé Selnaes a ramené de Rosenborg, ce n'est pas bon. L'autre jour en allant à la boucherie, un livreur l'a chantée en déballant sa palette lorsqu'il m'a vu. En rigolant. Comme moi. Le fait d'avoir une chanson ne signifie pas que je suis le meilleur ou leur idole. Quand les gens parlent de Saint-Étienne, ils parlent de Loïc, notre meilleur joueur et l'emblème du club. C'est lui, l'icône."