Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Que fera Christophe Galtier ? 

Source :  Site Poteaux Carrés

Avril - Mai  2016

Comme chaque année, Christophe Galtier se pose la question : restera ? restera pas ?

Le 15 avril 2016 (Source : Poteaux Carrés)

Vous avez raté l'interview de Christophe Galtier aujourd'hui sur Activ Radio ? Pas de panique, on vous l'a retranscrite !

 "C'est trop tôt pour faire un bilan de la saison. Il sera bon si nous sommes européens. Il sera très moyen si nous ne le sommes pas. On a un bilan satisfaisant au niveau européen, avec une grosse déception lors de la dernière minute du match retour à Bâle. Sur un plan national, on n'est pas allé au bout en ayant rencontré deux fois le PSG. Il faudra voir au niveau du championnat. On a une qualité de jeu moyenne cette saison mais on est encore en course lors des cinq dernières journées pour se retrouver encore une fois européens. Le bilan se fera le 14 mai, au soir de la dernière journée.

 On jouera demain à Bastia sans nos supporters. Ça m'agace ces interdictions de déplacement à répétition. J'en ai ras le bol. On ne va quand même pas mettre ça sur l'état d'urgence. C'est depuis maintenant deux ou trois saisons souvent comme ça. Que ça soit à Bastia ou ailleurs. On a du mal à faire respecter l'ordre, c'est vrai. Il n'en reste pas moins que les matches de football doivent se faire avec les supporters des deux équipes. Il doit y avoir des animations dans les tribunes, il doit y avoir de l'ambiance. On a vraiment beaucoup de mal en France à faire en sorte que les supporters puissent se déplacer, bien se comporter pour encourager leur équipe. Malheureusement on n'y arrive pas. Les supporters sont lourdement sanctionnés, privés de leur passion.

 On a un calendrier favorable. Je connais le calendrier des uns et des autres. Mais ces derniers temps, notre calendrier qui paraissait si favorable l'est un peu moins. Sur la dernière journée de championnat, on peut se retrouver avec un match décisif entre Saint-Etienne et Lille alors qu'on pensait que Lille allait peut-être se retrouver dans le ventre mou en ayant obtenu un maintien. Ils sont maintenant dans la course avec leur très belle série. On va avoir la réception dans trois semaines du TFC, qui a renoué avec la victoire avec son changement d'entraîneur et garde espoir de se maintenir. Cette équipe ne sera sûrement pas condamnée quand on va la recevoir. Il n'en reste pas moins qu'après notre déplacement de Bastia, nous allons avoir trois réceptions et un déplacement, un match décisif je pense à Nice. On a un calendrier qui est favorable mais on n’est sûrement pas la meilleure des équipes dans ce sprint-là. Il n'en reste pas moins qu'avec les réceptions, l'appui de notre public, on doit être capable de l'emporter à domicile. Il faudra aller chercher des points à l'extérieur pour croire à cette qualification.

 La défaite du PSG à Manchester est une mauvaise nouvelle pour le football français, pour l'indice européen, pour ce que représente Paris et aussi pour l'entraîneur et le staff français qui dirigent cette équipe-là. Il n'en reste pas moins que derrière cette défaite-là ils vont devoir enchaîner des performances dans les coupes nationales pour faire au moins aussi bien que la saison dernière. Autrement ça serait une contre-performance. Ils vont devoir aller chercher une source de motivation par rapport à cela. Jusqu'à l'élimination face à Manchester City, tous les voyants étaient au vert. On se disait que Paris était en train de réussir une saison extraordinaire. Il n'en reste pas moins que si Paris ne gagne pas à la fois la Coupe de la Ligue et la Coupe de France, on dira que la saison du PSG est ratée.

 On avait deux options au mercato d'hiver : celle d'être dans la continuité et d'aller chercher à des postes. Je pense qu'à gauche il y avait une obligation d'aller chercher puisque Benoît Assou-Ekotto était indisponible depuis un certain moment. Polomat était dans le plâtre, il ne restait plus que Jonathan Brison. Il fallait faire une ou deux retouches. Le club a décidé, on a décidé d'aller plus loin dans la réflexion pour anticiper la saison prochaine. C'est ce que l'on a fait avec l'arrivée d'Oussama Tannane et Ole Selnaes que vous appréciez énormément. On a pris des joueurs de 21 ans, on aura le retour à la compétition de Robert Beric peut-être d'ici la fin de saison et sûrement la saison prochaine. On a gagné du temps sur l'intégration, ils découvrent le niveau de la Ligue 1, notre méthode de travail.  Oussama a eu quelques petits soucis en arrivant, Ole commence à être très impatient. Il joue peu mais en échangeant avec lui, je lui fais comprendre que le fait d'être là est déjà un atout important pour la saison prochaine. Son temps de jeu va augmenter avec le temps. On est dans le sprint. Les cadres comme Renaud Cohade, Fabien Lemoine, Jérémy Clément ont l'habitude du sprint, de jouer ensemble. Est-ce le moment de bouleverser tout ça pour donner du temps de jeu à des joueurs que l'on a recrutés et qui sont de très bons joueurs… Peut-être qu'on va être dans une continuité pour finir au mieux le sprint.

 Je suis sous contrat avec l'ASSE. Il n'y a aucune raison que je ne sois pas l'entraîneur de l'ASSE la saison prochaine. D'après ce que je crois, il y a un rendez-vous prévu avec la direction au lendemain du dernier match. Il n'y a pas de raison que je ne sois pas là. Ma maison c'est Saint-Etienne. Ma famille est basée à Cassis mais mon épouse est très souvent sur Saint-Etienne. Cassis me permet après des semaines de pression avec beaucoup de matches d'aller prendre l'air pendant 48 heures, me ressourcer. Mais je vis, j'habite à Saint-Etienne. Ça fait maintenant sept ans et demi, six ans et demi en tant qu'entraîneur principal. Je me considère stéphanois et je crois que les supporters stéphanois me considèrent stéphanois aussi. J'ai toujours dit que j'avais un rêve, un fantasme : j'adore Liverpool pour ce que ça représente. Après, quand on est marseillais, formé à l'OM, qu'on y a joué et qu'on a été entraîneur-adjoint là-bas, on a toujours un regard très particulier sur son club. De là dire que c'est un rêve, non. Mais j'ai lu récemment une interview de René Girard où il dit que Marseille ne se refuse pas. Je ne sais pas si ça ne se refuse pas. Par contre, Marseille ne vous laisse jamais insensible, ça c'est sûr. Quand on est entraîneur à Saint-Etienne, la barre est déjà assez haute. Pour trouver mieux en termes de projet et d'engouement, c'est déjà difficile. Il n'en reste pas moins que je suis sous contrat avec l'ASSE. Il n'y a aucune raison pour imaginer aujourd'hui un départ."

Le 29 avril 2016 (Source : l'Equipe)

Dans son dossier du jour consacré à l'avenir des entraîneurs de l'élite, l'Equipe évoque le cas de Christophe Galtier. Extraits.

 "Depuis qu'il a prolongé son contrat de deux ans le 30 juillet dernier, Christophe Galtier ne dispose plus de clause libératoire dans son contrat (elle s'élevait à 300 000 euros). Lié jusqu'en 2018 avec l'ASSE, il possède toutefois la promesse de ses dirigeants de le laisser partir cet été s'il le désire. Après six ans et demi de bons et loyaux services, il ne cache pas ses envies d'ailleurs. Bien que natif de la région, il ne rêve plus dans l'immédiat d'un retour à l'OM, son club formateur. Après avoir failli rejoindre Aston Villa cet automne, il ne serait pas contre l'idée d'une aventure à l'étranger. Ni contre celle de rester à Saint-Etienne, où il bénéficie d'un statut et d'un salaire confortables. En cas de départ, les dirigeants stéphanois songeraient au Lensois Antoine Kombouaré."

Le 4 mai l 2016 : des prérogatives étendues (Source : l'Equipe)

Dans l'Equipe du jour, Bernard Caiazzo explique que Christophe Galtier chapeautera le centre de formation actuellement dirigé par Bernard David.

 "Je n’ai aucun doute : Christophe Galtier il va rester. Il ne possède plus de clause de départ dans son contrat. Une réunion est d’ailleurs prévue avec lui le 15 mai au matin. Il n’arrive pas en fin de cycle chez nous. Les coachs français à l’étranger ne font pas tellement recette. Christophe l’a compris. Il est également conscient que l’ASSE possède encore des sources d’amélioration, comme dans le recrutement et la formation. Le grand patron du recrutement, c’est lui. Mais il faut élargir ses compétences et lui donner la responsabilité du centre. Si Saint-Étienne veut jouer la Ligue des champions, il doit être capable de former un tiers de ses joueurs et de les garder. Le parfait exemple, c’est Lyon."

Le 15 mai 2016

Christophe Galtier a évoqué son avenir ce soir lors d'une conférence de presse relayée par le compte twitter du club et l'Equipe.  

"Ce qui est surprenant, c'est un Marseillais qui va supporter le PSG en finale de la Coupe de France. Je suis supporter de mon équipe et j'espère que le PSG va remporter la Coupe de France. L'Europe nous a coûté beaucoup d'énergie cette saison, des blessures, de la fatigue, de la joie et de grosses peines. Je viens d'échanger assez longuement avec mes dirigeants avec le plus de lucidité et en mettant le côté affectif. Nous nous reverrons la semaine prochaine. Il n'y a pas de distorsions entre Messieurs Caïazzo et Romeyer et moi. Les saisons sont éprouvantes. Si la saison prochaine, nous devons faire aussi bien ou mieux, il faut avoir autour de l'équipe une organisation différente qui doit nous permettre de mieux gérer la saison. Je suis l'entraîneur de l'ASSE. J'ai encore deux ans de contrat. Je ne demande aucune garantie."

Le 16 mai 2016 dans Le Parisien

Selon la dernière édition du Parisien, Christophe Galtier a reconnu samedi soir lors de sa discussion avec Bernard Caiazzo et Roland Romeyer qu'il n'avait pas d'offres et qu'il serait toujours à l'ASSE la saison prochaine. Selon le quotidien francilien, les dirigeants stéphanois n'auront donc pas à approfondir les pistes Kombouaré et Gourvennec qu'ils gardaient en plan B.

Le 16 mai 2016 dans L'Equipe : tensions entre Roland Romeyer et Christophe Galtier : Pfff !

Selon la dernière édition de l'Equipe, les relations entre Christophe Galtier et Roland Romeyer sont qualifiées de "polaires" au sein du club depuis plusieurs semaines. Samedi soir, Bernard Caiazzo aurait d'ailleurs enjoint les deux hommes à se parler pour pouvoir avancer vers la saison prochaine. Galette regrette que l'ancien DG de l'ASSE Stéphane Tessier n'ait pas été remplacé depuis son départ en septembre 2015. Il souhaiterait une refonte de son staff technique et le venue d'un adjoint plus expérimenté que Laurent Batlles et Thierry Oleksiak, dont les possibles départs sont évoqués par le quotidien sportif.

Le 23 mai 2016 dans La Provence

Présent au jubilé de Jean Tigana, Galette n'a pas botté en touche lorsqu'il lui a été demandé d'évoquer son avenir. La Provence rapporte ces propos :

 "Même en étant Marseillais, je ne pouvais pas être supporter de l'OM samedi soir, ça allait contre les intérêts de l'ASSE. Je suis entraîneur des Verts et je pense que cette qualification européenne est méritée sur l'ensemble de la saison. On va profiter de cette sixième place. Certaines personnes diront que c'est par défaut, que c'est grâce à Paris. Mais non, c'est surtout qu'il fallait terminer sixièmes, et nous on a su le faire au terme d'une saison très longue. On a joué 55 matches, seul Paris en a joué un de plus. A l’heure où je vous parle, je ne vois pas pourquoi je ne serais pas sur le banc de Saint-Etienne la saison prochaine. La reprise est prévue le 23 juin, pour un premier match officiel le 28 juillet en tour préliminaire de la Ligue Europa.
Quel regard je porte sur les difficultés actuelles de l'OM ? Je suis dans l'action avec mon équipe, avec mon club. J'ai cherché à terminer le plus haut possible avec Saint-Etienne, on a fini le plus haut possible et on n'a pas le temps de regarder ailleurs et d'analyser. Quand on est marseillais, qu'on a a joué à l’OM, qu’on a été formé à l'OM et qu’on a été entraîneur-adjoint à l'OM, on n’est pas insensible aux résultats de ce club-là. Mais par contre je n'ai pas d'état d'âme. L'OM est un adversaire comme un autre. Il paraît que c’est difficile d’entraîner l'OM en tant que Marseillais. Mais je vois que ce n’est pas plus facile pour ceux qui ne le sont pas…"

Le 29 mai 2016 dans Téléfoot

Sur le plateau de Téléfoot, Christophe Galtier a confirmé ce matin qu'il continuera d'entraîner les Verts la saison prochaine.

 "Il n'y a aucune raison pour que je ne sois pas l'entraîneur de Saint-Etienne à la reprise. J'ai beaucoup de respect pour les dirigeants, pour l'institution. Si aujourd'hui je suis sur le plateau, c'est que j'ai des dirigeants qui ont cru en moi. Il n'y a aucune raison pour que je ne sois plus là. Pourquoi rester ? Des clubs ont voulu échanger avec moi, je ne l'ai pas souhaité tant que la saison était en cours car il y avait des objectifs importants pour le club. C'est l'institution qui prime. Derrière cela, il n'y a eu aucune décision avec personne. Je serai encore l'entraîneur de l'ASSE. A partir du moment où vous posez la question, vous savez comment ça fonctionne dans le football. Il n'y a aucune raison que je ne sois plus l'entraîneur de l'ASSE. Je suis heureux dans ce club-là, je suis heureux de travailler avec les gens avec qui je travaille. J'espère qu'on vivra encore une saison pleine d'émotions."