Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Les U17 prêts pour la demi-finale du Championnat de France contre Rennes

 Vendredi 27 mai  2016

Samedi à Feyzin, les jeunes Stéphanois tenteront de l'emporter contre Rennes pour se hisser en finale du championnat national.

«La constance dans le travail en est la première récompense.» Tels sont les mots du philosophe Simon de Bignicourt, et qui correspondent parfaitement au travail fourni par Gilles Rodriguez et Lionel Vaillant depuis 5 longues années à la tête de la catégorie des U17 Stéphanois.

A quelques jours des demi-finales du championnat de France U17 que joueront les jeunes Verts face au Stade Rennais, l’expérience sera un facteur déterminant pour l’emporter sur la pelouse de Feyzin.

Justement, de l’expérience Gilles Rodriguez et Lionel Vaillant en ont à revendre, avec en l’espace de 5 ans, un bilan plutôt honorable : 2 secondes place, 2 demi-finales, et, un trophée de champion de France.

Retour sur ces 5 années aussi enrichissantes que passionnantes.

SAISON 2011-2012: LES DÉBUTS

C’est le début du duo. En cette première année le règlement change et les U17 font leur apparition, cumulant deux générations (1995-1996) dans lesquelles évoluent des jeunes comme Nathan Dekoke, Ben Karamoko ou encore Jonathan Bamba. L’adaptation n'est pas forcément évidente…

Gilles Rodriguez : «C’est une saison un peu particulière car malgré un bel effectif on ne démarre pas forcément bien, et en matière de management Lionel et moi, on se cherche. Finalement on finit second de la poule avec une remontée fantastique (17 victoires d’affilée), et on perd le dernier match de la saison contre Dijon, qui est un club partenaire à l’époque, 1-0, du coup, on termine deuxième et on ne va pas en phases finales. Même si la finalité est tout de même d’aller en Play-Off, c’est vraiment une saison très enrichissante que ce soit pour l’effectif dans sa globalité ou pour Lionel et moi.»

SAISON 2012-2013: LA CONSÉCRATION

Après une année d’apprentissage, le tandem entame une seconde saison et cette fois-ci, c’est une autre génération qui leur fait vivre de fortes émotions.

Lionel Vaillant : «On nous change de poule à ce moment-là, on se retrouve dans la poule du Sud et non du Centre Est, donc il y a plus de club professionnel et avec ça, le contexte du Sud et de la Corse. Il y a ce match à Furiani, révélateur de la superbe cohésion dont bénéficie ce groupe, c’est un match très engagé qui finit par dégénérer, il y a quelques frictions, à ce moment là, les gamins se regroupent et on voit que ça déclenche quelque chose au niveau du groupe. On finit premier et on accède donc aux Play-Off, on joue un mini-championnat, à Guéret, composé de 4 clubs, dont Nice (qui était dans la poule de l’ASSE), Sochaux et Nantes. On remporte les trois matchs, et on dispute la semaine d’après la finale à Canet en Roussillon contre Guingamp qui finit premier de l’autre poule.»

Gilles Rodriguez : «C’est un super moment, on passe le vendredi sur la plage, puis on joue la finale le lendemain. Cette finale se déroule idéalement pour nous, ils ont des occasions sans concrétiser, un but qui leur est refusé, nous on met au fond notre première occasion, Elliot (Gattier) inscrit un triplé, et on l’emporte 3-0. On a l’autorisation du club de passer la soirée là-bas, puis on fait un retour sympas, on en profite même pour passer au tournoi de Mont Pilat, auquel nous n’avons pu participer à cause de cette finale, à la surprise générale pour présenter notre coupe.»

SAISON 2013-2014: LA DÉCEPTION

Forts de leur titre de champion de France, Gilles Rodriguez et Lionel Vaillant prennent en main la génération 1997/1998, bien décidés à reproduire l’exploit de l’année précédente. Hélas, les Verts n'atteindront pas les phases finales.

Lionel Vaillant : «On finit malheureusement, second de la poule derrière Lyon qui cette année-là termine champion de France, c’est une déception car c’est tout de même l’objectif de finir dans ces 8 premiers et jouer ces Play-Off, pour se confronter aux meilleurs.»

SAISON 2014-2015: LE FOOTBALL... ET SES CAPRICES

La déception de la non-qualification étant passée, ce sont les jeunes nés en 1998/1999 qui se retrouvent dirigés par la paire avec un nouveau système et la mise en place des quarts de finale, demi-finales, et la finale.

Gilles Rodriguez : «On termine premier de la poule C cette année-là, non sans mal, car paradoxalement on a pas mal d’avance, 11 points sur les poursuivants qui étaient Auxerre et Lyon. Mais on se fait rattraper au fur et à mesure, et on se retrouve à jouer notre qualification contre Lyon à l’avant-dernière journée chez nous, où l’on fait match nul (ce qui élimine Lyon de la course à la qualification), puis à Auxerre durant la dernière journée, et on décide à ce moment-là d’emmener plus qu’une équipe (toute la génération), on gagne 3-0. On joue les quarts sur le terrain Aimé Jacquet, avec les tribunes en construction, et les supporters derrière les cages, les deux équipes font un non-match mais on passe au tir au but.»

Lionel Vaillant : «On se retrouve en demi-finale, à Ploufragan en Bretagne, pour jouer contre Lorient. On joue en premier, on fait une superbe première mi-temps, on mène 1-0, ils ne trouvent aucunes solutions mais malheureusement, le football est parfois capricieux, et nous faisons deux grosses erreurs individuelles, on a un expulsé, et on perd 3-1. Lorient l’emporte en Finale contre le PSG, pourtant largement favoris.»

SAISON 2015-2016: LE QUINQUENNAT

Cinquième saison pour les deux coachs, qui comptent s’appuyer sur la génération 1999 ayant vécu la déception de l’année précédente.

Gilles Rodriguez : «Le paradoxe est que cette année c’est nous qui avons 11 points de retard sur Auxerre, mais on a vu l’évolution du groupe et on savait qu’il y avait quelque chose à réaliser avec. Ils l’ont prouvé, on gagne à Lyon, à Auxerre, on remporte deux derbys, tout ça veut dire quelque chose, et de ce fait on finit 1er du groupe. On joue donc ce quart contre Nantes, où on est à la rue durant la première période, on les a secoué à la pause et ont leur a dit que ce qu’ils ont montré n’était pas à l’image de notre équipe. Puis en seconde mi-temps, on rentre enfin dans le match, on gagne les duels, on fait preuve de plus d’ambition, et on l’emporte aux tirs au but. Maintenant c'est les demi-finales à Feyzin à 17h30 contre Rennes qui est une très bonne équipe et différente de Nantes.»

Lionel Vaillant : «Ce qui est bien, c’est que la génération 99 qui a vécu la défaite en demi-finale l’année dernière, peut se servir de cette expérience pour porter les plus jeunes, et on l’a entendu dans les vestiaires, ils ne veulent pas revivre ce genre d’expérience. C’est forcément un plus pour ceux qui ont déjà pu disputer ce genre de matchs couperets. Ce qu’il faut retenir nous concernant, c’est que ça fait 5 ans que nous travaillons ensemble et nous avons vécu 3 qualifications, un titre de champion de France, après notre objectif reste essentiellement axé sur ces jeunes que nous entraînons, à savoir les amener à intégrer l’effectif professionnel.»

Un bilan donc bien plus que satisfaisant pour les deux entraîneurs Stéphanois, qui ont la ferme intention de continuer sur cette lancée et en profiter pour pourquoi pas former les futurs professionnels de l’ASSE.