Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Championnat (32ème journée) 
Guingamp - ASSE : 2-0  
Les verts absents

Source :  Site officiel de l'ASSE

Samedi 12 mars  2016

Fiche du match    L'arrivée des Verts au Roudourou

Les réactions : Christophe Galtier   Loïc Perrin

Pour leur deuxième déplacement consécutif en Ligue 1, les Verts sont tombés sur la pelouse du Roudourou. Une première mi-temps manquée et deux buts encaissés après vingt minutes de jeu ont eu raison des intentions stéphanoises.

Le match   

Un cauchemar! C’est ce qu'ont vécu les Stéphanois en première période. Alors qu'ils venaient cinq matches à l'extérieur sans défaite en L1, ils n'ont jamais pu se remettre des deux buts encaissés d''entrée de jeu. Deux buts qui coûtent cher dans la course à l'Europe.

Dépassés, les Verts sombraient rapidement, dominés par une équipe guingampaise décidée à se rapprocher du maintien. Un dédoublement entre Giresse et Jacobsen débouchait sur le premier but de la soirée, œuvre de Briand, laissé seul face à Stéphane Ruffier (Guingamp 1-0 ASSE, 7e). L'attaquant breton dominait la défense stéphanoise de la tête et contrariait déjà les plans des Verts.

Les Bretons ne s’arrêtaient pas là puisque Martins-Pereira trouvait parfaitement Sloan Privat au second poteau, au terme d’une phase de transition menée rapidement, trop pour le milieu de terrain des Verts (Guingamp 2-0 ASSE, 22e). Un premier acte terrible pour les Stéphanois, même si une main de Sorbon dans la surface adverse, consécutive à une frappe de Corgnet, aurait pu déboucher sur un penalty pour l’ASSE (37e).

Bien plus haut mais aussi bien plus déterminés, les Stéphanois démarraient mieux la deuxième période. Une tête smashée de Pajot obligeait Lössl à une parada (55e), puis une autre du numéro 5 stéphanois passait au-dessus (69e). Entre-temps, Neal Maupay s’était également distingué de la tête sur un coup-franc enroulé de Valentin Eysseric (57e), avant qu’un slalom d’Eysseric ne se termine par une frappe non cadrée (76e).

Les hommes de Christophe Galtier avaient la possession (59% de possession favorable), et plus de tirs (14 à 9) mais ne parvenaient à créer des brèches. Les opportunités de but étaient rares. Giresse était même tout près de marquer un troisième but, après un relais de Briand, bien lancé par Salibur (72e). Malgré du mieux lors des 45 dernières minutes, les Verts étaient logiquement battus.

Les réactions

Christophe Galtier : «Je suis déçu du résultat, mais aussi de la manière. Il n’y a pas eu de manière. Je suis obligé de faire un constat, en étant le plus lucide possible.L'adversaire n’était pas très en forme , mais nous lui avons  donné tout ce qu’il fallait donner pour qu’il reprenne confiance. Je pense, je dis bien je pense, que nous avions bien préparé le match. Nous n’avons pas mis les ingrédients. En plus d’être très inoffensifs, nous n’avons pas défendu. Si les joueurs ne sont pas présents dans leurs points forts, qu’ils soient au moins présents dans les efforts. Nous n’avons rien fait. Nous avons permis à une belle équipe guingampaise de nous battre facilement. Ils méritent leur victoire, mais nous les avons bien aidés. A la mi-temps, nous avons essayé de lancer quelque chose, à défaut de se relancer. Nous avons été complètement absents dans ce match-là. C’est dommage. Il va falloir vite se projeter sur le match de Montpellier. Il faut vouloir attaquer, vouloir défendre. Les deux sont liés. Nous prenons beaucoup de buts, nous n’en marquons pas. Ce n’est pas comme ça que nous décrocherons l’Europe. Nous pouvons tout espérer pour l’emporter, un coup de pied arrêté, un but contre son camp. Parmi les joueurs alignés dès le départ, très peu ont fait ce qu'il fallait pour être alignés de nouveau. Nous n’avons aucune excuse !  Il faudra changer d’attitude si nous voulons être européen. Je dis « nous » car je m’associe aux joueurs. Je ne veux pas les laisser seuls dans leur non-match, ce ne serait pas honnête. Il faudra montrer autre chose, d’autant plus que le prochain match arrive avant une trêve internationale. Parfois nous avons su gagner en étant faibles, mais au moins nous nous battions. Ce soir, nous ne sommes pas battus. Ce n’est pas dans l’ADN de l’ASSE. A moi de faire l’analyse de ce match, pour que l’équipe donne au moins tout pour ne pas avoir de regrets. Au 47e match, les considérations tactiques valent moins que les efforts, la générosité. Oser, tenter, entreprendre. Il n’y avait rien de tout cela. »

En conférence de presse, Jocelyn Gourvennec s'est réjoui d'avoir retrouvé un Guingamp fringant : "On avait plus besoin des trois points qu'eux. On était un peu dos au mur et dans notre situation, il fallait arriver à se lâcher. On se devait de monter d'un cran, de hausser le niveau dans tous les secteurs. J'ai vu une très belle première mi-temps, avec du mouvement, du jeu vers l'avant et une volonté de produire du jeu. On a retrouvé de la solidité, on n'a pas donné grand chose à Saint-Etienne, qui n'a quasiment eu aucune occasion. On a retrouvé de la densité, des joueurs proches les uns des autres pour bien défendre. Dans ce cas, c'est plus facile pour enclencher une phase offensive. Mes joueurs ont sorti le match parfait !"

Alors que ses coéquipiers se sont défilés hier soir quand les journalistes ont tendu leurs micros, le capitaine  Loïc Perrin a livré sa réaction au Progrès. Extraits : "On n’est pas bien fier de ce qu’on a fait, surtout en première mi-temps. On a subi l’agressivité de Guingamp. On savait que lorsqu’une équipe est dos au mur, elle joue avec ces valeurs-là. Je ne pense pas qu'on ait eu un manque d’envie mais pour gagner des matches, il faut être à 100 % et avant tout gagner des duels. C’est là où on a pêché avant tout. On a perdu trop de ballons facilement et on a trop souvent couru vers notre but en première mi-temps. A force, on encaisse des buts.
En première mi-temps, il n’y avait pas d’appels, pas de jeu en profondeur. En seconde, on a amené le ballon devant le but mais Guingamp était tellement regroupé. On a essayé de centrer mais sans avoir d’occasions franches, d’opportunités. Ce soir, on n’a rien montré. On se demande qui jouait l’Europe. Il faut vite rebondir, moi, j’y crois encore. Il reste huit matches, beaucoup de points en jeu. On voit que le classement est serré. J’ai encore confiance. Il va falloir montrer autre chose. Mathématiquement, on n’est pas bien loin. Pourquoi on n’y croirait pas ?"

Christophe Galtier a commenté en conférence de presse le non-match de son équipe à Guingamp. Extraits : "On a manqué de détermination à vouloir imposer des efforts physiques à l’adversaire. On n’est jamais parvenu à le faire et, en plus, on n’a pas défendu. Si les joueurs ne sont pas présents dans leurs points forts, au moins qu’ils le soient dans les efforts notamment défensifs. On n’a rien fait. On a permis à une bonne équipe de nous battre facilement. On a été complètement absent dans ce match. Il va falloir se projeter sur le match contre Montpellier. Pour cela, il faudra présenter un autre visage. Si on présente le même dans le Chaudron, cela va faire désordre.
Il faut vouloir attaquer et défendre. On prend des buts, on n’en marque pas. Ce n’est pas ainsi que nous atteindrons une place européenne. Iront sur le terrain ceux qui en ont le plus envie et, ce soir, très peu ont donné l’envie d’être renouvelés. Il doit y avoir de la fatigue pour certains. D’autres vont trouver comme excuse qu’ils n’ont pas assez joué, qu’ils n’avaient pas de rythme. D’autres vont dire qu’ils n’avaient pas l’habitude de jouer ensemble. On peut toujours trouver des excuses mais on n’en a aucune, mes joueurs comme moi, lorsqu’on se veut ambitieux."

Les statistiques d'Opta : trop de défaites

La 12e défaite concédée cette saison de L1 par l'ASSE est la 8e à l'extérieur. Comme le souligne l'agence de statistiques sportives Opta, les Stéphanois n'avaient plus cumulé autant de défaites hors de leurs bases depuis la saison 2010-2011 (8 également). Pourvu que les Verts ne rentrent pas bredouilles de leurs prochains déplacements à Ajaccio, Bastia et Nice...

La 300ème de Christophe Galtier (Source : Poteaux Carrés)

Pour la gloire, on repassera. Mais Christophe Galtier a "fêté" hier soir son 300e match officiel en tant qu'entraîneur de l'ASSE selon le décompte du potonaute Macrik (du site Poteaux Carrés). Malgré la piètre prestation de ses protégés au Roudourou, Galette peut se targuer d'avoir un bilan nettement positif : 131 victoires, 80 nuls et 89 défaites.

L'avis de Robert Herbin (Source : Poteaux Carrés)

Suite à leur piteuse défaite à Guingamp, Robert Herbin invite les Verts à se secouer dans la dernière édition du Progrès. Extraits : "On a débuté notre match au bout de vingt minutes. Avant, nous étions endormis. Je ne comprends pas cette attitude. On s’excuse presque auprès de notre adversaire. Il n’y a pas de volonté de le secouer. C’est toujours un peu le même scénario. Tout cela manque de sérieux. Je n’ai pas vu une équipe décidée à se révolter. Notre jeu fut stéréotypé et confus, la précision dans les passes, les tirs, bien trop approximative pour espérer renverser la vapeur. Ça me dérange.

 Ce match a été très décevant. Il y a eu une forme de renoncement. Le football, c’est le physique, la technique et l’intellect et nous en manquons parfois. Les joueurs capables de donner le ton ne sont pas nombreux. Nous sommes à un moment du championnat où toutes les équipes s’accrochent, vont vouloir nous bousculer. Il y a les révoltés, les ambitieux. Nous devons l’être. Se qualifier pour l’Europe me paraît indispensable, comme de faire partie des trois ou quatre meilleurs clubs français."

Des stats peu flatteuses (Source : Poteaux Carrés)

Dans les couloirs du Roudourou, Loïc Perrin malgré la désillusion a réaffirmé ses ambitions européennes en lançant "j'y crois encore". 

Il va quand même falloir montrer un tout autre visage. Et en particulier trouver un peu d'adresse offensive. Car en la matière les stats de la Ligue qu'on adule sont révélatrices. Les Verts ont certes des vélléités offensives, qui se matérialisent par une 5ème place au nombre de tirs (374 tirs, derrière les Vilains, le PSG, Marseille et Lille)...

Mais quel déchet ! Avec 30,2% de tirs cadrés, Sainté est le 19ème club de Ligue 1 en la matière, à 5pts des Vilains, à 8pts de Marseille ou encore à plus de 16pts du QSG (46,8% de tirs cadrés !).

Guingamp, notre bourreau de samedi, a tiré 50 fois de moins que nous, pour un total de 114 tirs cadrés (113 pour nous). La stat est édifiante. Reste à en comprendre la cause. Au-delà de la maladresse de nos joueurs offensifs, il faut sans doute également considérer notre incapacité à les mettre dans des conditions correctes de tir. Un plat du pied aux 6 mètres sur un centre en retrait sera toujours plus simple à cadrer qu'une frappe en déséquilibre aux vingt cinq mètres.

Moralité, c'est toute l'animation offensive qui est en cause.