Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Bernard Caiazzo était au Canal Football Club

Source :  Site Poteaux Carrés

Lundi 28 mars  2016

Vous avez raté l'intervention de Bernard Caiazzo ce soir au Canal Football Club ? Poteaux Carrés l'a retranscrite !

 

"L'argent ne fait pas tout. C'est une condition nécessaire mais pas suffisante. Manchester United a 500 M€ mais ne marche pas si bien que ça. Le PSG a certes des moyens mais il y a aussi une dimension humaine dans ce club. Laurent Blanc a réussi à faire une équipe très soudée. Il ne faut pas se plaindre de ne pas avoir d'argent. Il faut travailler, essayer d'être intelligent, innovateur. Moi ce n'est pas tellement l'argent des droits qui me préoccupe, c'est surtout quand je vois qu'un club comme l'ASSE paye plus de charges patronales que tous les clubs de Bundesliga réunis. Comment se fait-il qu'un club français qui a le 7e budget paye plus de charges patronales que 18 clubs allemands réunis ? De même qu'il a une exception culturelle, il faudra qu'il y a ait une exceptions sportive. Un club comme le PSG, par rapport au Bayern, au Barça ou au Real, paye chaque saison 80 M€ de plus qu'eux, l'équivalent d'un Suarez et d'un Neymar.

 

Ce qui en train de se passer, on ne le voit pas tellement au niveau médiatique, c'est très fort. Depuis quelques semaines, il y a une unité très forte qui s'est mise en place entre la Ligue, la Ligue 2, les syndicats d'entraîneurs et de joueurs. Moi, rassembler les hommes, c'est ce que j'aime faire. Je trouve qu'on y est arrivé. Il y en a qui sont dans le football pour le paraître, il fait peut-être mettre de côté ces gens-là. Il faut faire en sorte qu'on avance à moderniser notre football sans s'arrêter. Cela fait dix ans que nous n'avons pas un club français ni un pays en finale. La dernière, c'était en 2006, France-Italie, la finale de coupe du Monde. On n'a pas vécu une telle disette avant la période antérieure à 1976. Si tout le monde ne comprend pas qu'il faut tous ensemble s'unir et se mettre à faire changer les choses et à moderniser… C'est possible ! On peut y arriver. Moi je suis optimiste sur le fait d'y arriver. On est à un tournant, il ne faut pas le rater !

 

A l'ASSE, il y a un président du directoire et un président du conseil de surveillance. C'est comme ça aussi en Allemagne. Canal Plus a le même modèle, on ne va pas le critiquer quand même !  Des clubs populaires et ambitieux, il y en a beaucoup ! Tous les grands clubs d'Europe sont populaires : le Barça, Dortmund, le Bayern… Je pense que ce n'est pas antinomique d'être un club populaire et d'essayer de se développer. Le budget de l'ASSE est passé de 50 à 72 M€ en deux ou trois ans. Des efforts importants sont faits. Nous sommes le seul, l'un des rares clubs français à l'équilibre depuis six ou sept ans. On ne perd pas d'argent et on a un niveau de performance qui reste satisfaisant, avec une progression peut-être lente mais régulière.

 

Moi j'ai la chance de pouvoir m'appuyer sur quelqu'un comme Roland Romeyer. On voit bien les qualités de l'homme. C'est quelqu'un de confiance. C'est important d'avoir des hommes de confiance. Je suis très heureux dans ce dispositif. Je suis très heureux de travailler avec aussi bien Christophe, Dominique… Nous sommes unis, on a l'esprit d'équipe. C'est notre marque de fabrique à l'ASSE avec les hommes qui composent le staff. Vous me dites qu'il va falloir quand même gagné quelques titres, mais on a  quand même gagné la Coupe de la Ligue en 2013. C'est d plus en plus difficile de gagner un titre quand vous voyez le PSG qui truste tous les titres français…  Les quatre derniers matches de Coupe, cette saison ou l'année dernière, nous les perdons à chaque fois contre Paris. Il faudrait éviter le PSG ou les rencontrer seulement en finale.

 

On a un salary cap de 90 000 € par mois de fixe. Nous au club, qu'on termine 8e ou 3e, ça ne change pas financièrement puisque toutes les sommes vont aux joueurs. Tout joueur de foot qui joue à l'ASSE sait qu'il va pouvoir payer ses impôts grâce aux primes de classement. Il y a donc une forte motivation. On a transféré le risque sportif aux joueurs. Un joueur qui termine 4e peut avoir un très bon salaire. Même le coach est très favorable à ce système, il ne voudrait pas qu'on en change. C'est un système qui fait partie du succès qu'on a  eu, qui explique notre progression depuis quelques années. Changer de système, pourquoi pas, on y a pensé. Quand Sonny Anderson est arrivé à l'OL, il a créé un boost. Mais avec Gourcuff, ils n'ont pas été particulièrement satisfait de ce que ça a pu leur coûter. Je ne sais pas si avec Valbuena et ses 500 000 € par mois, ils sont non plus extrêmement satisfaits par rapport aux autres joueurs ! Après, j'avoue que c'était bien tenté de le faire mais c'est un risque majeur. Si Blaise Matuidi et Dimitri Payet étaient aujourd'hui à l'ASSE, même en leur donnant 4 ou 5 M€ par an, on ne pourrait pas leur donner le salaire qu'ils ont actuellement ! A un moment donné, on fait en fonction de nos moyens.

 

Moi je fais confiance à Christophe et aux joueurs. On est dans l'emballage final, on est dans un marathon de 38 km, il en reste 7. On va voir ce qui va se passer lors de ces 2 derniers mois. On espère vraiment rentrer dans le top 5 parce qu'on en a pris un peu l'habitude. Je vous ai fourni une stat, le nombre de points cumulés depuis la saison 2012-2013. On est la troisième équipe à avoir pris le plus de points  (246) derrière Paris (332 points) et Lyon (252). Depuis l'arrivée des Qataris en France, c'est une certaine fierté d'être devant l'OM.  Sur 145 matches, on commence quand même à avoir l'idée de la valeur d'une équipe. Monaco, je le dis très honnêtement, comme ils étaient en L2, on peut les rajouter, ça veut dire qu'on serait 4e au lieu d'être 3e. Mais sur cette période on n'est qu'à 6 points de l'OL qui a le double de notre budget. Quand on se regarde, on s'inquiète mais quand on compare on se rassure.

 

Vous dites qu'on prend beaucoup de joueurs "moyens" mais pas de cracks qui permettraient de passer un cap ? Cette saison, on est l'équipe qui a le plus joué derrière le PSG. On est à 48 matches,  on va terminer la saison à 55. Ce fameux enchaînement jeudi-dimanche fait perdre un certain nombre de points. Peut-être pas 20 mais au moins 4 ou 5 sur une saison. Sans ça, on serait certainement mieux classé. On a eu aussi cet avatar Beric qui nous a fait mal. On avait quand même mis 6 M€ sur ce joueur. J'espère qu'il va très bien revenir d'ici le mois de mai, en plus c'est un garçon fantastique. Nous si on est passé devant les Lille et autres Bordeaux ces dernières années, c'est parce qu'on a appliqué certaines recettes auxquelles on croit. On a un entraîneur qui est là depuis longtemps, qui travaille très bien, qui connaît la maison. Il a le record d'invincibilité après Arsène Wenger en Europe.

 

Vous me dites que vous vous amusez assez moyennement quand vous voyez jouer l'ASSE et qu'on a énormément de joueurs défensifs et beaucoup de milieux de terrain interchangeables. Mais on cherche l'étincelle. Quand on va chercher Tannane, un néerlandais-marocain, qui a 21 ans et un très bon joueur, c'est qu'on espère qu'il va pouvoir nous apporter l'étincelle dont vous me parlez. Romain Hamouma est aussi un joueur d'étincelle. C'est sûr que ce sont les joueurs qui coûtent le plus cher en général, c'est bien évident, mais on est tous dans cette recherche du Dembélé. Il faut dire les choses franchement. Je remarque quand même que cette année on a un meilleur spectacle en L1. Rennes fait un meilleur football, Nice aussi. Moi j'aimerais aussi voir Saint-Etienne faire un football un peu plus offensif. Moi je vois tous les matches, il y en a eu un certain nombre plus spectaculaires, en Europa League, contre Dnipropetrovsk notamment. Il faut continuer dans cette voie. Nous sommes conscients du sujet.

 

Vous me demandez si avec de nouveaux actionnaires Saint-Etienne ne pourrait pas devenir le deuxième gros club derrière Paris ? Ça dépend quels actionnaires. Si c'est Mamadov, il vaut mieux oublier… Moi, mon rêve, ce serait autre chose. Moi mon rêve ce serait de faire comme en Allemagne, ou 51 % des clubs appartiennent à leur supporters. 250 000 supporters à Dortmund possèdent le club. Ce serait beaucoup plus un rêve parce que vous êtes sûrs de pérenniser le club. Nous ne sommes pas éternels, personne ne l'est. On ne sait même pas où en sera le PSG dans 10 ou 15 ans. Les Verts, c'est les supporters. Cela fait partie du plan que nous avons. On y travaille. Ça pourrait suffire pour devenir le deuxième gros club français. 200 000 supporters derrière un club, ça peut suffire. On a les capacités, en France, à avoir 200 000 supporters Verts derrière nous."