Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Clément CABATON passe pro et signe un contrat de 3 ans avec l'ASSE

Source :  Site Poteaux Carrés

Vendredi 1er juillet 2016

Ce vendredi, le jeune défenseur, Clément Cabaton, formé à l’ASSE, a signé son premier contrat professionnel avec le club stéphanois.

Clément Cabaton (20 ans) a paraphé, ce vendredi, un premier contrat professionnel de trois ans avec l’ASSE. Originaire de Firminy, le jeune défenseur est arrivé au club lors de la saison 2008-2009 en provenance de Bas-en-Basset. Il a progressé dans toutes les catégories de jeunes au sein du centre de formation avant d’intégrer le groupe Excellence où il évoluait la saison dernière.

Clément Cabaton : «Après une blessure qui m’a éloigné des terrains pendant plusieurs mois, je suis heureux de voir que mon club formateur compte sur moi lors des trois prochaines saisons. Ce premier contrat professionnel n’est qu’une étape. Il faudra que je montre mes qualités sur le terrain afin d’intégrer le groupe professionnel de manière plus régulière. Je vais devoir travailler dur pour progresser dans tous les compartiments du jeu et être compétitif le plus rapidement possible. Loïc Perrin est l’exemple à suivre. Je dois m’inspirer de sa réussite, même si j’ai encore beaucoup de marches à gravir pour devenir aussi fort que lui.»

Roland Romeyer (Président de l’ASSE) : «C’est toujours une grande satisfaction d’intégrer un jeune issu de notre centre de formation au sein du groupe professionnel. C’est aussi un signe fort que nous transmettons aux jeunes générations de l’ASSE. La formation figure dans l’ADN de l’AS Saint-Etienne. Je lui souhaite le meilleur sous les couleurs de l’ASSE et j'espère de tout coeur qu'il marchera sur les traces de joueurs comme Loïc Perrin, Kurt Zouma, Josuha Guilavogui ou Faouzi Ghoulam, devenus ces dernières saisons les grands ambassadeurs de notre centre de formation. Après Ronaël Pierre-Gabriel et Alexis Guendouz, Clément Cabaton est, depuis deux mois, le troisième joueur formé au club à signer un contrat professionnel

Christophe Galtier (Entraîneur général de l’ASSE) : «Clément Cabaton est un bon défenseur central et un footballeur intelligent doté une belle lecture du jeu. La saison dernière, nous avions fondé beaucoup d’espoirs sur lui. Malheureusement, en raison d’une pubalgie, il a été stoppé dans sa progression. C’est le lot des jeunes joueurs. Il faut qu’ils soient capables d’assimiler des charges de travail. Clément est un garçon qui est évidemment attaché aux valeurs du club. Originaire de Haute-Loire,  il est un fervent supporter des Verts depuis son plus jeune âge. Nous démontrons qu’à l’ASSE, un joueur stéphanois ou originaire de la région est capable d’intégrer l’équipe professionnelle. Maintenant, c’est à Clément de bien travailler, d’être sérieux et appliqué et de saisir les opportunités quand celles-ci se présenteront.»

Article paru dans La Gazette le 14 juin 2015

La Gazette de la Haute-Loire met à l'honneur la sympathique fratrie Cabaton, originaire de Bas-en-Basset : le défenseur de l'ASSE Clément (champion de France U17 en 2013 buteur en amical contre Willem II le 30 juillet dernier 2014) et sa grande soeur Camille, qui vient d'être sacrée championne de France de basket en Nationale 1 sous le maillot de Montbrison.  

Clément Cabaton : "Mon père était footballeur. Enfant, j'avais tout le temps un ballon. Je dormais avec. J'ai évolué pendant des années à l'Union Sportive Bassoise, le club où entraînait mon père. Il était dur comme coach. Disons qu'il a toujours sur me dire quand j'étais mauvais... même quand j'étais bon ! (rires) Sans travailler, on ne peut pas réussir. C'est quelque chose que nos parents nous ont appris très tôt et nous ont toujours répété. Le soutien de nos parents, c'est un supplément, une motivation pour être encore plus à fond. Je ne veux pas les décevoir. Camille a réussi à allier le sport de haut niveau et les études universitaires puisqu'elle a obtenu sa licence de Staps. Et ça, j'en suis très fier. Et puis, il y a ses résultats sportifs. Trois montées et trois titres consécutifs, c'est énorme ! Elle a beaucoup travaillé pour en arriver là. Ma soeur c'est un leader sur le plan du jeu et de la technique mais aussi au niveau mental. Elle est capable de pousser les gens à se dépasser, même quand elle est blessée comme c'est arrivé cette saison."

 Camille Cabaton : "Je suis arrivée au basket en poussette. Je suivais ma mère sur les terrains. Aujourd'hui c'est elle qui me suit. Cette année, elle n'a pas loupé un seul match, que ce soit à domicile ou à l'extérieur. Je me suis donc très vite mise au basket. Je devais avoir quatre ou cinq ans. Avec Montbrison, on vient de faire trois montées en trois ans, c'est magique ! On ne s'attendait vraiment pas à ça, c'est incroyable ! La famille, c'est une force pour moi. En plus, nos parents sont très discrets. Je suis très fière de ce que fait mon petit frère. Il a rejoint le centre de formation de l'ASSE alors qu'il était en sixième. Pendant des années, il est parti à 7 heures du matin pour revenir le soir à 8 heures avec ses devoirs à faire. Avec ce rythme, il aurait pu mal tourner mais il a réussi à passer les étapes à l'ASSE, avec le titre de champion de France de moisn de 17 ans et sa sélection en équipe de France. Il est aussi capitaine de son équipe. En football, cela signifie beaucoup de choses, il a le confiance de son coach et des ses coéquipiers. Cela mérite le respect. Enfin, ila  obtenu son bac ES. Pour moi, il a réalisé un parcours exceptionnel. Si un de nous deux devait devenir sportif professionnel, je souhaiterais que ce soit lui car il fait tellement d'efforts... A vrai dire, je serais plus heureuese que si c'était moi qui devenait pro."

 

Les Cabaton, fratrie de champions (Article paru dans Le Pays le 27 août 2015)

Camille a été sacrée championne de France de basket en Nationale 1 sous le maillot de Montbrison, Clément, est aux portes du groupe professionnel à l’AS Saint-Étienne. Portrait croisé d’un frère et d’une sœur, jeunes champions ligériens.

Âgée de 23 ans, Camille va évoluer dans le championnat de de Ligue 2 sous les couleurs du Basket club de Montbrison féminin (BCMF) où elle a été sacrée championne de France de N1 la saison passée. De son côté, son frère Clément, 19 ans, a vécu sa deuxième saison au sein du groupe Élite de l'AS Saint-Étienne (ASSE), l'antichambre de l'équipe première des Verts. Des performances assez incroyables pour ces deux jeunes Ligériens qui tiennent en un seul mot : famille.

Une double progression fulgurante

Nés d'un père footballeur qui a évolué en réserve à l'ASSE, Philippe, et d'une mère, Martine, qui a fait partie des meilleures joueuses de basket-ball de Haute-Loire dans les années 1990, Camille et Clément Cabaton ont de qui tenir.

Dès leurs premières années, ils se sont retrouvés sur le bord des terrains de football ou de basket. « Je suis arrivée sur les parquets en poussette, s'amuse Camille. Je suivais ma mère. Aujourd'hui, c'est elle qui me suit. La saison dernière, elle n'a pas loupé un seul match, que ce soit à domicile ou à l'extérieur. Je me suis très vite mise au basket. Je devais avoir 4 ou 5 ans. »

Cet amour précoce du sport, Clément l'a lui aussi développé en famille avec son footballeur de père. « J'avais tout le temps un ballon. Je dormais avec », explique le jeune homme. Une même passion du sport qui a débuté au même endroit : à Bas-en-Basset, en Haute-Loire.

Durant toute son enfance, Camille a porté les couleurs de la Ligérienne basket où sa maman officiait comme entraîneure. Même chose pour Clément qui a évolué pendant des années avec l'Union sportive bassoise (USB), club où entraînait son père. « Il était dur comme coach, se souvient le jeune footballeur avec le sourire. Disons qu'il a toujours su me dire quand j'étais mauvais… même quand j'étais bon (rires). » Cette période ne fut toutefois pas difficile à vivre, bien au contraire. « On en garde tous les deux de très bons souvenirs, précise Camille. C'était toujours cool d'être entraîné par ses parents. »

Nés dans le sport

Cool et efficace. Très vite, les deux jeunes Ligériens sont repérés par des clubs évoluant au niveau national. À 15 ans, en 2007, Camille rejoint l'Étoile sportive de Fraisses où elle évolue très rapidement au sein de l'équipe fanion qui passe, en quelques saisons, de la Régionale 2 à la Nationale 3.

Au même moment ou presque, Clément intègre le centre de formation de l'AS Saint-Étienne tout en restant vivre à Bas-en-Basset. Un choix de vie pas toujours évident à gérer notamment au niveau des horaires, ce qui ne l'empêche pas de franchir un à un les échelons chez les Verts. Membre des équipes premières dans les catégories moins de 13 ans, moins de 15 ans et moins de 17 ans de l'ASSE, il est membre de l'équipe championne de France U17 en 2013 (victoire 3-0 face à Guingamp) et porte même le maillot de l'équipe de France. C'est logiquement qu'il intègre le groupe Élite de l'AS Saint-Étienne entraîné par Thierry Oleksiak au cours de la saison 2013\2014. Durant l'été 2014, il est même appelé par l'entraîneur des pros, Christophe Galtier.

Clément marque contre Willem II (Pays-Bas) en match de préparation avant de retrouver la réserve en championnat de France amateur (CFA) qui est malheureusement descendue en juin dernier. La progression est toutefois extraordinaire comme celle de Camille. En 2012, elle a rejoint Montbrison qui souhaitait retrouver la Nationale 2. Avec son équipe, la jeune femme va faire beaucoup mieux puisque le club forézien a été sacré champion de France de Nationale 3 en 2013, de Nationale 2 en 2014 et enfin de Nationale 1 en mai dernier ; un triplé rentré dans l'histoire du basket hexagonal auquel Camille a pleinement pris part tant au niveau statistique (elle a marqué plus de 16 points de moyenne lors de la saison 2013\2014) que du leadership.

« Tout ce que j'ai vécu est magique, souligne la pétillante basketteuse qui met l'accent sur la dernière saison en Nationale 1. On ne s'attendait vraiment pas à ça. Toute la saison, on a pris les matches les uns après les autres et on a décroché le titre sur un match à quitte ou double. C'est incroyable. »

Pas de jalousie ou de compétition malsaine

Cette belle réussite, les deux jeunes Ligériens l'attribuent à une seule chose : le travail. « Sans cela, on ne peut pas réussir, déclare Clément. C'est quelque chose que nos parents nous ont appris très tôt et nous ont toujours répété. » Philippe et Martine Cabaton, justement, sont présents et suivent de près le parcours de leurs enfants champions sans que cela soit un poids, à en croire leurs enfants. « La famille c'est une force pour moi. C'est très positif. En plus, ils sont très discrets », explique Camille, complétée immédiatement par Clément : « C'est un supplément, une motivation pour être encore plus à fond. Je ne veux pas les décevoir. »

Aucun risque. « C'est vrai que ce n'est pas commun ce qu'ils réalisent. Nous sommes fiers et même épatés de leur parcours respectif car tout cela représente beaucoup de contraintes voire de sacrifices », explique un peu gênée, Martine Cabaton qui tient à souligner que « c'est leur choix ». Un point sur lequel le frère et la s'ur acquiescent comme un seul homme. Une complicité, « sans jalousie ni compétition malsaine » expliquent-ils en ch'ur, qui les motive encore plus pour peut-être devenir un jour des sportifs professionnels.