Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Championnat (29ème)
ASSE - Metz 
Présentation 

Source :  Site Poteaux Carrés

Samedi 18 mars 2017

Les Verts sont dans une mauvaise passe depuis l'élimination en Europa League face à Manchester United. les 2 derniers matchs contre des équipes mal classées se sont soldés par 2 prestations peu convaincantes : défaite à domicile contre Caen, et nul peu flatteur à Bastia. La conséquence est que les Verts sont désormais 7èmes devancés par Marseille et Bordeaux. 

Christophe Galtier : "Jouons comme en janvier" La video

L’entraîneur stéphanois veut retrouver l’allant du début d’année, qui avait permis à son équipe d’enchaîner les victoires et les belles prestations collectives.

Comment s’est déroulée la semaine d’entraînement ?
Les joueurs ont répondu présent. Ils  à ce que nous avons pu leur proposer en séances. Il y a eu une grosse charge de travail. Je leur ai demandé de l’intensité, de la détermination et, surtout, de prendre beaucoup plus de risques dans le dernier geste. Individuellement, ils doivent être plus libérés.

Etes-vous contrarié par les blessures qui ont touché votre secteur offensif ?
Comme tout entraîneur, quand vous fondez des espoirs sur des joueurs ou des associations possibles et que, pour des raisons physiques, certains sont absents, vous avez des regrets. Mais, les premiers peinés, ce sont les joueurs eux-mêmes. Ils sont malheureux de ne pas jouer. Depuis deux saisons, nous avons été souvent victimes d’absences sur le plan offensif. Est-ce que ça aurait changé le cours des saisons ? C’est difficile à dire. Mais, quand Romain (Hamouma) est sur le terrain, quand Robert (Beric) et Alexander (Söderlund) sont en forme… Malheureusement, ça fait partie d’une saison, et même plus, dans notre cas.

Après Robert Beric, c'est Alexander Söderlund qui est de retour. Envisagez-vous de les associer ?
Robert et Alex sont deux joueurs avec de la présence physique, capables d’être dans la surface et adroits devant le but. Alex avait été intéressant avant sa blessure à Nice. Robert est en train de revenir. Ce sont deux joueurs qui peuvent être associés, comme nous l’avions fait dans des bouts de match, à Mayence, notamment. Robert (Beric) est mieux dans les séances. Quand on se crée des situations, la qualité et le travail font qu’elles seront à terme concrétisées. Il a envie d’être très utile.

Quelle analyse faîtes-vous des dernières semaines de compétition ?
Entre Montpellier, Caen et Bastia, nous n’avons pris qu’un point. C’est un constat. Sec, mais c’est un constat. En ne jouant qu’une seule fois par semaine, en étant professionnels et appliqués, nous devrons aller chercher des points à la maison et à l’extérieur. Faire le plein de points à domicile ne suffira pas. Un objectif de points ? Aucun. Actuellement, personne ne sait à partir de combien de points se jouera l’Europe.

Le FC Metz est-il un adversaire que vous craignez ?
Ils viennent de réaliser un recrutement important avec l’arrivée de Cheikh Diabaté. Il fixe, il marque, le jeu s’oriente autour de lui. Renaud (Cohade), lui, organise leurs attaques. Ils marquent beaucoup sur coups de pieds arrêtés, c’est une de leurs qualités. Après, je me concentre surtout sur ce que nous allons mettre de notre côté. Jouons comme en janvier, sans calculer, en avançant sur l’adversaire et en marquant des buts.

Quel regard portez-vous sur les dernières prestations de Benjamin Corgnet, qui a récemment réintégré le groupe ?
Benjamin (Corgnet) a toujours bien travaillé, efficace en CFA 2. Il bénéficie de certaines absences et de certains choix. Par rapport à ce que j’ai vu de lui en traînement et en match, je me dis qu’il a la possibilité de pouvoir s’exprimer en cette fin de saison sur plusieurs postes de l’attaque. Quand il est bien physiquement, il est capable de marquer des buts.

Comment avez-vous jugé les prestations de Ronaël Pierre-Gabriel et Habib Maïga, les deux latéraux qui ont débuté le match à Bastia (0-0) ?
A chaque fois que j’ai fait appel à Ronaël (Pierre-Gabriel), il a toujours répondu présent. Son entrée contre Caen a été intéressante. C’est un joueur sur lequel je fonde beaucoup d’espoirs. Habib (Maïga) a été une bonne surprise. J’avais opté pour le faire jouer arrière gauche car il avait beaucoup de jambes. Il a été efficace, bon défensivement, propre. Ce n’est pas son poste, mais ce fut une bonne surprise. Je pense que son avenir se situe dans l’entrejeu.
 

Ronaël Pierre-Gabriel : "Ne pas brûler les étapes"

Le défenseur latéral formé à l’ASSE a fêté fin 2016 sa première année complète avec le groupe professionnel. Il pose un regard sincère sur son expérience dans l’élite.

Sais-tu à quoi elle correspond la date du 29 novembre 2015 ?
(Rapidement) Mes débuts en professionnel. Contre Guingamp, à Geoffroy-Guichard.

Te souviens-tu précisément de ce premier match ?
Bien sûr. Déjà, faire partie du groupe avait été une bonne surprise. Deux heures avant le coup d’envoi, le coach m’a convoqué. Il m’a dit «Aujourd’hui, tu joues». A ce moment-là, la pression commence à monter. Je n’avais que trois semaines d’entraînement avec le groupe, même pas dix matches avec l’équipe réserve. Tout est allé très vite.

Avant ce premier match, tu étais arrivé en 2014 au centre de formation. Pourquoi avoir choisi l’ASSE ?
Mon père est supporter de Saint-Etienne depuis toujours. Même à Paris, où ma famille habite, il suivait l’ASSE. Nous sommes Antillais et, là-bas, beaucoup de gens supportent les Verts. L’Inter Milan me suivait également. Mais… (il sourit). C’était trop grand. Je ne me voyais pas brûler les étapes, partir en Italie aussi jeune.

Alexander Soderlund : "Faire le maximum pour aider l'équipe"   La video

S'il regrette les blessures l'ayant handicapé cette saison, l'attaquant international norvégien entend aider son équipe à réussir la meilleure fin de championnat possible.

Vous revenez de blessure après plusieurs semaines d’absence. Dans quel état de forme vous trouvez-vous ?
Mon retour se passe plutôt bien même si je vais peut-être avoir besoin d’une semaine de plus pour reprendre pleinement le rythme de la compétition. La première année à Rosenborg, j’avais également dû faire face à des blessures. Mais je sais que lorsque je suis à 100%, je peux faire du bon travail et aider mes coéquipiers. J’espère donc en avoir fini avec ces problèmes physiques et pouvoir démontrer que je mérite ma place, ici à Saint-Etienne.

Avez-vous constaté de grandes différences entre la Ligue 1 et le championnat norvégien ?
Le championnat de France est plus relevé sur le plan athlétique. Il y a plus d'intensité, plus de rythme et plus de duels en Ligue 1. Rosenborg, qui est la meilleure équipe et survole le championnat norvégien, n’a pas forcément le niveau des meilleures équipes françaises.Il n’est pas évident de faire la différence sur un plan collectif.

Cela fait plus d’un an que vous êtes arrivé dans le Forez. Comment s’est passée votre intégration à l’AS Saint-Etienne ?
Mon intégration a été réussie. Ce n’était peut-être pas facile de s’adapter lors des premiers mois mais je suis désormais très heureux. C’est toujours agréable de venir s’entraîner chaque jour et de retrouver ses coéquipiers. Je ne suis pour l‘instant pas satisfait de ma saison à cause de mes pépins physiques mais il faut regarder devant. Je suis très motivé, je travaille dur et j’ai hâte de bien revenir pour apporter ma contribution, comme j’ai pu le faire par exemple face à Lyon. La seule chose qui n’est pas encore au point concernant mon intégration, c'est mon niveau de français. Je dois encore de travailler (rires)…

Christophe Galtier ne pense plus à l'Europe et évoque les problèmes offensifs

Christophe Galtier s'est exprimé hier en conférence de presse avant la réception de Metz programmée ce dimanche à 15h00. Extraits.

 "J'ai demandé à mes joueurs de ne plus parler d’Europe et je n’en parle plus, jusqu’au dernier match, donc après Paris. Il faut des victoires à domicile et à l’extérieur. Être bien à la maison, ça ne suffira pas. On a pris un point sur neuf, c’est le constat, sec. À force de parler Europe, on met trop d’attente, trop de nervosité. On doit bien travailler. En étant sérieux, appliqué, professionnel à l’entraînement, ça se passera bien en match. La double confrontation avec Manchester nous a beaucoup coûté. J’ose espérer que la phase de décompression est terminée. Et que je ne suis pas naïf en le pensant."

Dans l'Equipe du jour, il explique que les problèmes offensifs ont un peu plombé la saison.

 "Romain Hamouma, Oussama Tannane et Robert Beric ont débuté ensemble seulement 3 matches sur les 43 qu'on a disputés cette saison. Bien évidemment, je regrette de ne pas pouvoir compter sur mon attaque type. Cela fait deux saisons que ça dure. Comme tout entraîneur, quand vous avez fondé beaucoup d’espoirs, de façon individuelle, sur des joueurs, mais aussi sur des associations possibles et que, malheureusement, pour des raisons de blessure, vous ne pouvez pas compter sur eux, tout le monde peut être, à commencer par moi, quelquefois agacé et énervé. Mais les plus malheureux, ce sont les joueurs qui sont privés de leur passion. Ils ne jouent pas, ils n’existent pas. Quand je vois ce que Romain, Robert, et même Alex peuvent apporter quand ils sont sur le terrain, en forme et bien affûtés, et ce que je vois quand ils ne sont pas là…"

 Rappelant que les trois hommes sont dans le groupe contre Metz, le quotidien sportif annonce que Romain Hamouma et Robert Beric seront associés dans l'axe alors que Nolan Roux évoluera côté droit et KMP côté gauche.

De bonnes statistiques (Source : Poteaux Carrés)

Joué à 47 reprises à Geoffroy-Guichard, le Sainté Metz de dimanche est presque un classique du championnat.

Et le moins qu'on puisse écrire est que le bilan est Vert, comme l'espoir de voir notre mauvaise passe actuelle se terminer.

En effet, avec 35 victoires, 9 nuls et 4 défaites, les Verts ultra-dominent les Grenats.
Metz n'a marqué aucun but lors de ses 6 derniers déplacements dans le Chaudron, le dernier s'étant soldé en octobre 2014 par une courte défaite 0-1 sur le joli pion de Gradel, bien servi par Van Wolsfwinkel.

Nous bombardant de statistiques très favorables aux Verts avant le match de cet après-midi, Opta nous rappelle que cela fait 22 ans que Metz ne s'est pas imposé à GG en L1 :

 - L'ASSE est invaincue lors de ses 9 dernières confrontations face à Metz en Ligue 1 (6 victoires, 3 nuls), sa dernière défaite remontant au 3 mars 2001 à Saint-Symphorien (0-3)

- L'ASSE est invaincue lors de ses 7 dernières réceptions face à Metz en L1 (5 victoires, 2 nuls), sa dernière défaite sur ses terres remontant au 15 avril 1995 (0-1, but de Cyrille Pouget).

 - L'ASSE a préservé sa cage inviolée lors de 7 de ses 8 dernières confrontations face aux Grenats en Ligue 1. Seule exception : le 14 mars 2015 (3-2).

 - Metz est resté muet lors de ses 6 derniers déplacements à Sainté en Ligue 1, sa 2e pire série en terres stéphanoises dans l’élite après ses 12 déplacements consécutifs sans trouver le chemin des filets entre novembre 1967 et mai 1979.

 - Metz n’a gagné aucun de ses 7 derniers déplacements en Ligue 1 (1 nul, 6 défaites), restant muet à 6 reprises lors de cette série. Seuls Toulouse (10), Guingamp et Rennes (9) sont actuellement sur une plus longue disette.

 - L'ASSE a préservé sa cage lors de 13 de ses 15 dernières réceptions d’un promu en L1. Seules exceptions : le 6 février 2015 contre Lens (3-3) & le 16 octobre 2016 contre Dijon (1-1).

1 : 

L’ASSE n’a jamais encaissé plus d’un but à domicile depuis le début de la saison en Ligue 1. C’est la seule équipe de l’élite dans ce cas.

5 : 

Le nombre de buts inscrits par Cheick Diabaté sous le maillot du FC Metz depuis son arrivée chez les Grenats au mercato d’hiver. Le Malien les a tous marqués à domicile.

33 : 

Le FC Metz a encaissé 33 buts en seconde mi-temps cette saison en Ligue 1. Aucune équipe n’a fait pire dans ce domaine. Avec 51 buts encaissés, les Messins affichent le deuxième pire bilan défensif de France derrière le FC Lorient (57).

2001 : 

L'année de la dernière défaite de l’ASSE face au FC Metz (0-3). Depuis, les Verts ont enchaîné 11 matches sans revers face aux Grenats (6 victoires, 5 matches nuls).

107 : 

Dimanche, Stéphanois et Messins se retrouveront pour la 107e fois en compétition officielle, la 96e en Ligue 1. Les Verts pourraient obtenir leur 54e victoire face aux Lorrains dans l’élite (pour 23 matches nuls et 19 défaites).

 

Le groupe stéphanois (Source : Poteaux Carrés)

Selon Le Progrès, Florentin Pogba doit toujours se contenter de trottiner et sera trop juste pour la réception des Grenats programmée ce dimanche à 15H00. Un espoir subsiste encore pour Kévin Malcuit, qui a accéléré la course. Victime d'une petite béquille à Bastia, Ronaël Pierre-Gabriel est opérationnel.
 Cheikh Mbengue, Ole Selnaes, Romain Hamouma et Alexander Söderlund ont participé à l'entraînement collectif de jeudi. Restés à l'intérieur, Loïc Perrin, Léo Lacroix et Pierre-Yves Polomat n'ont pas participé à cette séance intense de 2h20 qui a donné satisfaction à Christophe Galtier.

En conférence de presse aujourd'hui samedi 11 mars, Christophe Galtier a annoncé le forfait de Léo Lacroix pour la réception de Metz en plus de celui déjà connu de Vincent Pajot, de l'absence de longue date d'Oussama Tannane et de Fabien Lemoine, suspendu. On notera néanmoins les retours d'Ole Selnæs, Kevin Malcuit, Cheikh M'Bengue, Romain Hamouma et Alexander Søderlund, tous aptes, même si ce dernier a assuré avoir besoin d'une semaine supplémentaire pour être au top de sa forme, lors de cette même conférence de presse.

Christophe Galtier a finalement convoqué 19 joueurs pour la réception du FC Metz. On notera les présences de Bryan Dabo et Nolan Roux ainsi que le grand retour de Cheikh MbenguePierre-Yves Polomat étant donc relégué en CFA2.
Le groupe : Ruffier, Moulin - Malcuit, Théophile-Catherine, Perrin, Pierre-Gabriel, Mbengue, Maïga - Selnaes, Dabo, Corgnet, Veretout, Saivet - Hamouma, Monnet-Paquet, Jorginho, Roux, Soderlund, Beric.

Jordan Veretout se remet en question (Source : Poteaux Carrés)

S'il reste malgré tout la seule recrue de la saison donnant satisfaction, Jordan Veretout se remet en question dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

 "On a enchaîné les matchs mais cela ne doit pas être une excuse. Physiquement, le staff nous met dans les meilleures conditions  possibles. Il faut qu’on fasse encore plus. Moi aussi. Ce que je fais actuellement n’est pas suffisant. J’ai des occasions. À Bastia, je dois mettre ce but. Actuellement on manque d'efficacité. On doit plus prendre notre temps et cadrer nos tentatives. On sait aussi qu’il faut être méchant devant la cage adverse pour mettre des buts.

 Il faut que je sois plus efficace. J’ai aussi perdu quelques ballons que je ne perdais pas avant. À moi de me remettre en question et de retravailler pour être performant. Pour l’instant, je n’ai pas envie de me prendre la tête avec mon avenir. Je profite du présent. Je me sens bien  à  Saint-Etienne, je ne pense qu’à la fin de saison avec l’ASSE. Je suis concentré là-dessus, ainsi que sur mon jeu. Il nous reste trois mois à fond. Il va falloir tout donner. Après, on aura le temps de parler de tout cela."

Un duel de Cheikh (Source : Poteaux Carrés)

S'il est aligné dimanche par Christophe Galtier, Cheikh Mbengue devra mettre en échec deux Cheick : l'ancien bourreau des Verts Diabaté et l'ex-Merlu Doukouré. Défait lors de ses deux précédentes venues à Sainté, ce dernier espère cette fois décrocher un bon résultat, comme il l'explique dans le Luxemburger Wort.

 "Sous les couleurs de Lorient, ma première fois à Geoffroy-Guichard s’était déroulée dans une ambiance particulière: les supporters avaient poussé leur équipe et les Stéphanois avaient su être agressifs en affichant également une belle intensité dans le jeu. Une défaite au goût amer car nous avions su faire face et égaliser. Avec Metz, la défaite avait été au rendez-vous devant une équipe technique. Là, il va nous falloir bien négocier les premiers instants et ensuite les espaces devraient être ouverts. Caen qui vient de s’y imposer est un bon exemple à suivre, cela doit nous donner des idées.

 Cheick Diabaté est un atout pour nous: il est capable de garder le ballon et de faire descendre le bloc adverse. Avec la rapidité de Sarr et de Nguette et la qualité technique de Jouffre et Cohade, le jeu de Cheick nous apporte beaucoup. C’est un joueur qui tirera toujours le groupe vers le haut au niveau mental car, après une défaite, il est capable, de par son moral et ses qualités humaines, de faire du bien à tous, de redonner de l’espoir. Sur le terrain, Cheick est dur sur les défenseurs adverses mais c’est un bon mec de vestiaire et il possède donc un bon compromis."

1000ème victoire pour les Verts (Source : Poteaux Carrés)

Si tout se passe bien, l'ASSE décrochera ce dimanche le 1000e succès de son histoire dans l'élite. Peut-être grâce au 100e penalty sifflé cette saison en Ligue 1 ? Comme le souligne aujourd'hui la Pravda, la L1 est le championnat européen qui compte le plus grand nombre de pénos accordés cette saison (99).

 Les vilains en ont hélas obtenu le plus (12), mais si on se rapporte au nombre de ballons touchés dans la surface, le grand bénéficiaire de cette razzia est... le FC Metz ! L'équipe lorraine en obtient un tous les 48 ballons dans la surface (8 penalties). Méfiance pour demain...

 Le jeune ailier des Grenats Ismaïla Sarr est le joueur de L1 qui en a provoqué le plus (4) devant Romain Hamouma (3). Le numéro 21 des Verts reste le grand spécialiste en la matière, puisqu'il a obtenu pas moins de 10 pénos ces 3 dernières saisons !

Jérôme Miguelgorry au sifflet

Jérôme Miguelgorry dirigera la rencontre de dimanche (15h00) entre l’AS Saint-Etienne et le FC Metz comptant pour la 29e journée de championnat de Ligue 1.

Cette saison, l’arbitre de 40 ans qui dépend de la Ligue Aquitaine, n’a pas encore eu l’occasion d’arbitrer les Verts cette saison mais a déjà dirigé à trois reprises les Grenats pour une victoire et une défaite dont le derby lorrain face à Nancy (4-0) lors de la 15e journée.

Ce dimanche, Jérôme Miguelgorry sera assisté par Cédric Moreau et Sébastien Denis.

Renaud Cohade sans rancoeur (Source : Poteaux Carrés)

Dans la dernière édition du Républicain Lorrain, le milieu de terrain messin Renaud Cohade évoque son retour à Saint-Etienne, programmé ce dimanche à 15h00 lors de la 29e journée de L1. Extraits.

 "Je vais revoir dimanche des gens que j’ai côtoyés avec plaisir. L'ambiance à Saint-Symphorien n’est pas comparable au Chaudron. Ils nous soutiennent à Metz, ça aide, mais le public Vert est l’un des plus beaux de France. Mon départ de Saint-Etienne ne me pèse pas. Il n’y a aucune rancœur particulière. Pas de souci. J’ai passé de bons moments là-bas, j’ai remporté un trophée, mais maintenant, je porte le maillot grenat. Il y a eu cette volonté du club de renouveler l’effectif, on a eu des discussions et voilà. Je suis très heureux d’être là maintenant.

 Depuis quatre ou cinq ans, cette équipe stéphanoise est régulière au classement et dans sa manière de jouer. Elle prend peu de buts, il y a de très bons défenseurs, un bon gardien. C’est dur de percer cette muraille. Et ils ont aussi des atouts offensifs, même si je crois savoir qu’il y a pas mal de joueurs incertains. On va d’abord se concentrer sur nous, essayer de ne pas faire le même genre de prestations à l’extérieur que ces derniers temps, réussir un match cohérent et prendre au moins un point. J’espère ne pas perdre dans le Chaudron.

 On a pris aucun point lors de nos trois derniers matches à l'extérieur. Il faut inverser cette tendance. C’est mental. On peut le faire, on l’a vu en début de saison. À Saint-Étienne, ce sera 0-0 au départ et on va défendre notre bifteck. Il faut croire en nos chances. Si on n’y croit pas, on reviendra sans point. Cela faisait cinq ans que je n'avais pas joué le maintien. Ce sont des joies particulières, différentes, mais c’est tout aussi excitant. Avec Valenciennes, je me suis maintenu deux fois à la dernière journée. Si on le fait avant avec Metz, ce sera mieux."

Avant de retrouver le Chaudron, le milieu de terrain messin Renaud Cohade parle de l'ASSE dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

 "Bien sûr, je suis encore en contact avec des joueurs stéphanois - Jérémy Clément, Fabien Lemoine et d’autres - ainsi qu’avec ceux qui sont partis tels François Clerc ou Jonathan Brison. Je retiens la victoire en finale de la Coupe de la Ligue. Gagner un trophée est une performance. Pour un joueur, c’est ce qui compte. Cette année-là, on avait un groupe formidable avec des joueurs tels Aubameyang et Brandao qui nous apportaient énormément. Mais, globalement, j’ai pris du plaisir durant les quatre années que j'ai passées à Saint-Étienne.

 A Sainté on jouait les premiers rôles, à Metz on joue le maintien. Pour l’heure, nous sommes dans les clous mais tout reste à faire. J'entends que l'ASSE est moins performante cette saison. Elle est tout de même en haut du tableau. Mais je n’ai pas envie de juger mon ancienne équipe. Je me concentre sur Metz. Je souhaite à l’ASSE de finir européenne même si cette année, ce sera difficile car trois équipes survolent le championnat et, derrière, il ne reste pas beaucoup de places. Mais les Stéphanois peuvent le faire. Je leur souhaite bonne chance."

Sylvain Kastendeuch évoque le déplacement à Saint-Etienne (Source : Poteaux Carrés)

Entraîneur des U19 nationaux du FC Metz, l'ancien défenseur central stéphanois Sylvain Marchal évoque dans la dernière édition du Républicain Lorrain le déplacement à Saint-Etienne de l'équipe première des Grenats.

 "Mon club de cœur est le FC Metz mais si je devais choisir un stade, ce serait Geoffroy-Guichard… Mais dimanche, on a une échéance importante en Gambardella face à Nice , donc je ne pourrai pas être dans le Chaudron. Pour les joueurs, c’est toujours un match agréable à jouer parce que Geoffroy-Guichard, c’est une atmosphère particulière, une ambiance, une excitation, une effervescence… Quand on est joueur, qu’on aime le foot, ce sont des sensations fantastiques. Mon pronostic pour dimanche ? Victoire de Metz ! On les écrase 1 à 0 à la 92e minute. Et je vais faire une petite dédicace : but contre son camp de mon ancien collègue Loïc Perrin !"

Christophe Marichez parle de Stéphane Ruffier (Source : Poteaux Carrés)

Ancien portier des Grenats et actuel entraîneur des gardiens du FC Metz, Christophe Marichez parle du dernier rempart des Verts dans la dernière édition du Républicain Lorrain. Extraits.

 "Avec Baptiste Reynet, Danijel Subasic, Benoît Costil et Thomas Didillon, Stéphane Ruffier fait partie des cinq meilleurs gardiens de Ligue 1,. Il est régulier dans ses performances. Même après sa blessure en décembre, il a su revenir à son niveau. Grâce au travail. C’est un bosseur."

Philippe Hinschberger se souvient (Source : Poteaux Carrés)

Attendu dans le Chaudron ce dimanche après-midi lors de la 29e journée de L1, l'entraîneur messin Philippe Hinschberger revient sur son premier match joué à GG dans la dernière édition du Républicain Lorrain

"On avait perdu 9-2 lors de la dernière journée de la saison 1981-1982. On étale de la honte après un score comme ça. Personne n’aime prendre une branlée. Déjà, on n’aime pas perdre 1-0 mais alors en prendre neuf… À la fin du match, on passe pour des cons !

 C’était le dernier match qui pouvait amener Saint-Étienne au titre de champion et le dernier match de Michel Platini avant qu’il ne parte à la Juve. Il y avait un contexte hyper favorable pour que ce soit une grande fête. Et on y a bien participé, en tant que sparring-partner...

 Quand une équipe a beaucoup à jouer et l’autre rien, les forces sont déséquilibrées. Obligatoirement, il y a eu du relâchement. Saint-Étienne était porté par une certaine adresse et a bénéficié de quelques largesses de notre défenseur central, Branko Tucak. Notre entraîneur Henryk Kasperczak l’avait même remplacé avant la mi-temps.

 C’est un score trop rare pour sembler logique, vraisemblable. Ce qui est gênant, c’est qu’il y a eu des soupçons sur ce match. Si Monaco n’avait pas gagné contre Strasbourg, ça aurait prêté à d’énormes suspicions. Ce match est à ranger aux oubliettes. C’était il y a 35 ans. C'était le début de ma carrière, j’étais encore à l’armée."

Un groupe quasiment au complet (Source : Poteaux Carrés)

Si l'on excepte le milieu défensif suspendu Fallou Diagne (7 titularisations, toutes depuis le 15 janvier), Philippe Hinsberger a annoncé un groupe de 18 quasiment au complet , une rareté à Metz cette saison, pour le déplacement dans le Chaudron demain (15h).

On note chez les Grenats la présence des 3 ex-Verts (Benoît Assou-Ekotto, Renaud Cohade, Mevlut Erding) et de l'ex-lyonnais Bisevac.

Le nouveau poste de Renaud Cohade (Source : Poteaux Carrés)

Alors qu'il évoluait milieu relayeur en vert, Renaud Cohade joue numéro 10 en grenat, comme l'explique son entraîneur Philippe Hinschberger dans l'Equipe.

 "Renaud, c'est un peu notre baromètre. Quand il est bien, il emmène toute l’équipe avec lui. En pur défensif, il manque parfois un peu de discipline. Ça peut nous déséquilibrer sur les contres adverses. En numéro 10, il perd peu de ballons, varie très bien jeu court et jeu long. Il a réussi quatre passes décisives, il lui manque peut-être encore un petit but pour valider pleinement sa position."

 On espère que cette validation n'aura pas lieu dans le Chaudron... Évoluant à ses côtés dans l'entrejeu messin, Cheick Doukouré souligne l'apport de Coco dans le quotidien sportif.

 "Sa façon de rebondir après avoir quitté Sainté démontre sa grande force mentale. C’est un vrai passionné qui, après avoir connu une grave blessure aux ligaments du genou comme moi, veut profiter de chaque instant. Il a un  fort caractère et ça lui est arrivé de dépasser les limites au début, ce qui a créé des incompréhensions. Mais au sein du vestiaire, tout lemonde l’a assez vite apprécié. C’est un leader sur lequel on peut s’appuyer."