Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

Europa League (5ème journée)

ASSE-Mayence : 0-0
Les Verts qualifiés

Source :  Site Poteaux Carrés

Jeudi 24 novembre 2016

La fiche du match    Résumé video

Les réactions : Christophe Galtier    Bernard Caiazzo  Pierre-Yves Polomat    Loïc Perrin   Arnaud Nordin

Les Verts ont validé une deuxième qualification consécutive pour les 16es de finale de l’UEFA Europa League grâce à leur match nul obtenu ce jeudi soir face à Mayence (0-0). Fringants en première période, les Stéphanois ont ensuite pu compter sur un grand Stéphane Ruffier pour résister aux Allemands.

Le match 

C’était un jeudi de novembre comme un autre à Saint-Etienne, au versant du Furan et en contrebas des Monts du Forez. Le froid était sec, la pluie intermittente. Le Chaudron rugissait, tapait des mains. Ces dernières n’étaient pas gantées afin que le son populaire du claquement de paumes garde sa puissance. Dès l’échauffement, Geoffroy-Guichard, comme toujours en semaine, se parait d’une atmosphère différente. Dans ses habits d’Europe, l’écrin stéphanois est unique dans l’Hexagone, porté par une lumière incandescente émanant de ses kops, et des gorges rompues à la buée qui s’en dégage les soirs d’automne, quand la chaleur s’échappe pour des mois entiers.

«Saint-Etienne ? C’est le meilleur public de France», avait rappelé Gaëtan Bussmann, le latéral français de Mayence, hier, en conférence de presse. Même sur son côté, loin des deux virages, l’ancien Messin peut être content de lui : au moment d’évoquer ses souvenirs stéphanois, il a plutôt visé juste. On lui conseille de guetter le prochain rendez-vous à domicile de ses adversaires du soir. Les décibels devraient voler, alors que les Verts disputeront un deuxième seizième de finale d’Europa League consécutif. Une authentique performance !

Pour le deuxième match de leur série infernale de 10 rencontres en un mois, Christophe Galtier injectait de la fraîcheur dans son onze de départ. Pierre-Yves Polomat débutait à gauche, accompagné de Florentin Pogba et Kévin Théophile-Catherine et Loïc Perrin dans une défense à quatre. Le trident du milieu ne bougeait pas, avec Ole Selnaes, Henri Saivet et Jordan Veretout aux affaires. En attaque, Kévin Monnet-Paquet était titularisé sur le côté gauche, Oussama Tannane à droite et Nolan Roux dans l’axe.

Comme face à Nice, les Verts entraient dans le match de la meilleure des façons, pied au plancher. Car Christophe Galtier l’avait expliqué en conférence de presse : «Si nous jouons le 0-0, nous irons droit dans le mur.» Alors ses joueurs redoublaient d’efforts à l’image d’Oussama Tannane, auteur d’un premier acte plein. Son relais avec Nolan Roux dans la surface débouchait sur une frappe de l’intérieur du pied captée par Lössl (15e).

Si la tête de Florentin Pogba n’était pas cadrée (24e), les Stéphanois débordaient la défense allemande par des courses rapides sur le côté, à l’image de l’appel de « KMP », bien servi par Henri Saivet, qui voulait trouver Roux dans la surface (4e). Du côté du FSV, Yunus Malli, l’international turc, était à la baguette. De son pied droit naissait la meilleure occasion de la première mi-temps. Son coup-franc devant la surface stéphanoise était sorti de manière spectaculaire par Stéphane Ruffier (44e). A la pause, ce 0-0 agréable qualifiait les Verts et... éliminait  Mayence. Voilà pourquoi les hommes de Martin Schmidt changeaient se ruaient à l’attaque après la pause.

Pierre-Yves Polomat stoppait bien Oztunali (59e). Puis, Stéphane Ruffier était solide sur ses appuis pour détourner une tentative puissante du numéro 15 allemand. Le portier stéphanois montrait ensuite la qualité de ses réflexes sur un tir d'Ole Selnaes, qui déviait involontairement un centre de Brosinski. Au sol, le gardien stéphanois sauvait son camp (53e). Oussama Tannane, lui, était tout près d'ouvrir le score sur une action débutée par une belle ouverture d'Henri Saivet dans l’espace, suivie d’une déviation de Nolan Roux et d’une frappe du Marocain sur le poteau droit de Lössl (82e). A l’image d’Arnaud Nordin, entré en cours de jeu, les Verts s’en remettaient à leur fougue et à leur courage. C’était un jeudi de novembre comme un autre à Saint-Etienne. Qui en appellera au moins un autre, en 2017, lors des 16e de finale de l'UEFA Europa League.

Les réactions

Invité à réagir sur la qualification de son équipe, l'entraîneur stéphanois a souligné la difficulté pour les clubs français d'atteindre un tel objectif. L'ASSE l'a fait pour la deuxième saison consécutive.

Christophe Galtier:  «L’important est de se qualifier ce soir. Cela a été un match qui a demandé beaucoup d’efforts physiques à l’image des rencontres de Bundesliga. Il y a eu énormément d’intensité mais nous avons su répondre sur le plan athlétique. Je tiens à féliciter mon groupe de joueurs, aussi bien ceux qui ont été présents sur le terrain ce soir que ceux qui sont blessés et qui souffrent énormément de ne pas pouvoir vivre ce genre de soirées. Il est vrai que nous n’avons pas marqué, mais il convient de faire preuve d’honnêteté et reconnaitre que nous sommes très affaiblis dans le secteur offensif. Ce n’est pas donné à tous les clubs français de se qualifier pour les seizièmes de finale de l''UEFA Europa League dès la 5e journée et encore moins de se qualifier au bout de la 5e journée deux fois d’affilée. Je suis donc très heureux pour le club et pour l’indice UEFA du football français. Nous sommes qualifiés et c'est formidable pour nos supporters qui vont ainsi vivre au moins une autre soirée européenne. Nous irons à Anderlecht avec une équipe déterminée à aller chercher la première place. A l’image des dernières saisons, Stéphane (Ruffier) a été décisif et c’est la raison pour laquelle nous souhaitions tous au club qu’il reste avec nous. Il a lui aussi montré une grande détermination à vouloir rester avec nous. Il est le grand acteur de ce clean sheet mais le mérite de cette qualification revient également à Jessy Moulin qui a été performant lors des matches qu’il a disputés.»

Le coach revient sur le match (Source : Poteaux Carrés) 

Christophe Galtier est revenu hier en conférence de presse sur le laborieux mais précieux match nul et vierge synonyme de qualification pour les 16es de finale de l'Europa League programmés les 16 et 23 février prochains.

 "Bernard Caïazzo a dit "Tant pis pour la manière, l’important c’est la qualification" ? Évidemment que c’est l’important ! Autant on a bien démarré autant on a ensuite souffert. Mais ce n’est pas donné à tous les clubs français de se qualifier pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa après la cinquième journée et de se qualifier ainsi deux fois d’affilée. Je sais quelle sera la teneur des commentaires, à savoir que les attaquants n’ont pas marqué. On est très affaibli dans ce secteur par les blessures. Je n’ai pas apprécié ce qui a été dit dans la conférence d’avant match. Je pense à mes trois ou quatre joueurs blessés et je suis aujourd’hui très content pour le club, pour l’indice UEFA et pour nos supporters qui vont vivre au moins encore une soirée européenne de plus. Si je n’ai pas manifesté de joie à la fin, c’est que je sais que nous avons encore des matches difficiles et que nous allons souffrir encore. Mais nous irons à Anderlecht avec une équipe déterminée à aller chercher la première place."

 

Déjà 14 qualifiés pour les 16èmes (Source  : Poteaux Carrés)

Les Verts qui ont acquis la qualification hier soir font partie des 14 clubs à avoir déjà composté un des 32 billets pour les seizièmes de finale de l'Europa League, qui sont les suivants :

 Espagne : Athletic Bilbao

Allemagne : Schalke 04 et Borussia Mönchengladbach (seul qualifié via la Ligue des Champions pour le moment)

Italie : Roma

France : Saint-Etienne

Russie : Zenit et Krasnodar

Ukraine : Shakhtar Donetsk

Belgique : Anderlecht et Genk

Pays-Bas : Ajax

Grèce : Olympiacos

République Tchèque : Sparta Praha

Chypre : APOEL

 Fenerbahçe, Manchester United et la Fiorentina semblent avoir un bel avantage pour prendre 3 des 11 billets restants. L'Astra Giurgiu et l'Austria Wien, le Celta Vigo et le Standard Liège, Braga et Gent se joueront une place à distance, l'équipe en position favorable affrontant le premier du groupe, l'autre le dernier. Southampton et l'Hapoel Be'er Sheva seront les seuls à jouer leur place en confrontation directe. Dans 2 groupes, il reste une place pour trois. Entre l'AZ, le Maccabi Tel-Aviv et Dundalk et entre nos vieilles connaissance de Qarabag, le PAOK et le Slovan Liberec, les deux derniers partant à chaque fois avec du retard et s'affrontant. Enfin, Osmanlispor et Villarreal partent favoris pour la qualification dans un groupe ou le Steaua Bucuresti et Zürich peuvent encore se qualifier.

 Du côté de la Ligue des Champions, le Ludogorets Razgrad part favori pour une place de 3ème de groupe dans leur duel à distance face à nos bourreaux de la saison passée, le FC Bâle. De même pour Rostov, Tottenham et le Sporting avant leur confrontation directe avec le PSV Eindhoven, le CSKA Moskva et le Legia Warszawa. Les banlieusards ne partent pas favoris pour laisser leur place à Séville. Porto, malgré son avance sur København, paraît plus à même de finir 3ème. Enfin, bataille âpre entre le Benfica, le Napoli (qui s'affrontent) et le Besiktas.

 Rappelons que nous ne pourrons pas affronter ni Anderlecht, parce que sortant de la même poule, ni Lyon, parce que provenant de la même fédération.

Les enjeux du dernier match à Anderlecht (Source : Poteaux Carrés)

Le jeudi 8 décembre à 19h, les Verts, déja assurés de jouer les 1/16èmes de finale de l'Europa League, iront à Bruxelles défier Anderlecht.
Pour du beurre ? Oui et non.
En cas de victoire, les Verts finiraient 1ers de leur poule, ce qui, outre l'aspect financier (une victoire rapporterait 360 000€ et la première place 600 000€, un nul rapporterait 120 000€, la deuxième place 300 000€) apporterait quelques chances supplémentaires de prolonger l'aventure.

En effet selon l'article 17 du règlement de la compétition, les 12 vainqueurs de groupe de l’UEFA Europa League et les quatre meilleurs troisièmes de groupe de l’UEFA Champions League sont tirés au sort contre les 12 deuxièmes de groupe de l’UEFA Europa League et les troisièmes de groupe restants de l’UEFA Champions League.
Par ailleurs, les vainqueurs de groupe de l’UEFA Europa League et les quatre meilleurs troisièmes de l’UEFA Champions League disputent le match retour à domicile.

Bref, comme l'a dit Christophe Galtier, on sera loin d'un match amical le 8 décembre prochain.

La réaction de LoïcPerrin (Source : Poteaux Carrés)

Loïc Perrin revient sur la qualification pour les seizièmes de finale de l'Europa League dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

 "On avait l’intention d’essayer de renouer avec la victoire à Geoffroy-Guichard. C’était un objectif. Après, on fait plutôt ce que l’on peut que ce que l’on veut. Là, on a fait ce que l’on a pu. C’est passé. C’est une belle qualification, on ne va pas cracher dessus. C’est une belle performance. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui y arrivent, surtout avant le dernier match. Donc, maintenant, on va aller à Anderlecht pour essayer de finir premier parce que c’est un atout. Mais sans pression du résultat.

 À force d’enchaîner les matches décisifs dans cette compétition, comme on a pu le faire en Israël ou à Athènes, on a acquis une expérience qui nous a servis. Il faut qu’on soit à 100 % pour réussir des performances, c’est sûr qu'on y laisse des forces. Mais être en lice en Ligue Europa, c’est un bon signe. On a un effectif qui permet de mettre du sang frais et il y en aura besoin avec la grosse série qui nous attend jusqu’à Noël. Il va falloir qu’on marque des buts pour gagner. On a besoin d’un déclic, d’un petit brin de réussite."

La réaction de Bernard Caiazzo  (Source : Poteaux Carrés)

Bernard Caiazzo savoure la qualification pour les seizièmes de finale de l'Europa League dans Le Progrès du jour.

 "C’était pesant. Je sais que le jeu n’était pas extraordinaire. Il a fallu se battre avec les moyens dont on disposait, compte tenu des attaquants absents. Maintenant, on va reprendre en championnat. Il va falloir recoller le plus vite possible au Top 5, sachant qu’on aura aussi les Coupes. Mais ce jeudi soir, on s’est libéré d’un grand poids. C’est un soulagement. Des clubs lâchent l’Europe, nous, on ne peut pas se le permettre. Les garçons se sont battus. L’essentiel, c’était la qualification. On sera présent au mois de février et j’espère qu’on fera mieux que la saison dernière."