Accueil      Résultats      Effectif      Nouvelles      Stade      Palmarès      Historique      Dirigeants      Staff      Statistiques     Fans      Liens

 

Caen-ASSE : 10ème journée
Présentation 

Source :  Site Poteaux Carrés

Samedi 22 octobre 2016

Après les 2 points perdus contre Dijon (match nul 1-1), les Verts se trouvent dans l'obligation de l'emporter à Caen, face à un adversaire qui ne leur réussit guère, pour rester dans le haut du tableau. Une défaite aurait pour conséquence de les voir s'enliser dans le milieu du classement.

Christophe Galtier : "Provoquer la réussite"    La video

Les Verts se déplacent à Caen, ce dimanche (15h), trois jours après leur victoire européenne face à Qäbälä. Dominateurs face aux Azéris, les Verts doivent désormais enchaîner en Championnat et continuer à se créer des occasions en se montrant plus lucides dans le dernier geste, selon le technicien stéphanois.

Le groupe a-t-il bien récupéré du match de jeudi ?
Je le pense. Le match arrive très tôt, dimanche, dans la journée. Nous partirons à 20 joueurs pour être sûrs qu’il n’y aura pas de douleurs résiduelles liées à la rencontre de jeudi. Nous allons nous laisser le temps de la réflexion jusqu’à demain matin concernant le onze qui va débuter. Caen est un adversaire qui nous a battus deux fois la saison dernière, les deux fois au lendemain d’un match européen. Lors du match aller, j’avais fait beaucoup de modifications. Au retour, ç’avait été l’inverse et ça n’avait pas marché pour autant. Nous sommes au début d’une série de matches mais nous allons avoir une semaine classique avant la réception de Monaco. Je pense pouvoir m’appuyer sur les joueurs qui m’ont donné satisfaction jeudi.

Lesquels sont-ils ?
Il y en a beaucoup. Les quatre défenseurs qui ont joué l’ont fait à leur poste, il n’y avait pas de surprise pour eux. J’ai aimé le triangle du milieu, qui a été intéressant. J’ai également aimé notre animation offensive même si nous devrons être plus justes dans le dernier geste. Nous avons beaucoup de situations. Nous amenons le ballon jusque dans la surface adverse mais avec peu de buts au final. Parfois le gardien l’arrête, parfois c’est juste au-dessus ou au ras du poteau, comme pour Henri (Saivet) et Nolan (Roux). Nous sommes à la recherche de l’efficacité.Nous devons être plus lucides et plus froids. Pour cela, il faut entreprendre et je trouve que les joueurs ont beaucoup entrepris, jeudi.

Comment provoquer un déclic offensif pour convertir les nombreuses occasions en buts ?
J’essaie de mettre le maximum de joueurs capables de marquer des buts sur le terrain. Nous travaillons dans ce sens-là, nous y travaillons beaucoup. Pour l’instant, nous n’y arrivons pas. Nous avons déjà connu des périodes comme cela par le passé. Se créer des opportunités est important. A force de travail, nous allons avoir de la réussite. Je veux être dans cet état d’esprit, dans cette optique de travail, et à un certain moment, nous allons provoquer cette réussite.

Quel regard portez-vous sur le Stade Malherbe de Caen ?
Avec le départ d’Andy Delort, qui nous avait fait mal les deux fois la saison dernière, Caen a perdu un joueur important. Mais cette équipe garde un potentiel offensif intéressant. Elle se sent en confiance chez elle. Serons-nous capable d’étouffer l’adversaire comme jeudi ? Je pense que c’est possible car cela reste une question de mental et de volonté. Si nous laissons jouer Caen comme il le souhaite, nous serons en difficulté. En étant plus justes dans le geste final, nous pouvons avoir une bonne surprise. Après 15 matches, nous comptons seulement deux défaites. Nous sommes là, présents.

Cheikh M'Bengue : "Prendre des points"  La video

Le sobre Nolan Roux (Source : Poteaux Carrés)

Nolan Roux répond à Bernard Caïazzo lors d'un entretien paru aujourd'hui dans la dernière édition du quotidien Ouest-France.

 "On nous reproche d'être une équipe ennuyeuse. Mais le spectacle, c'est bien pour les gens qui viennent voir le match. Nous, on nous demande de gagner. Cela me poserait problème de bien jouer et de perdre chaque week-end. Il y a plein de choses qui entrent en compte, notamment des obligations de résultat. La réalité, en Ligue 1, c'est que l'on n'a pas beaucoup d'opportunités. Parfois, on ne touche pas le ballon pendant cinq ou six minutes, il faut être costaud dans la tête, garder une grande confiance en soi et attendre ce petit ballon. Sans le vouloir, on se fait parfois oublier. Les équipes adverses se disent que Sainté n'est pas en forme. Et derrière, un petit ballon anodin peut faire but.

 Dans tous les clubs, les postes sont doublés, c'est normal. Le mien, celui d'avant-centre pur, est triplé cette saison. C'est la première fois que ça m'arrive. Moi, je suis satisfait de ma situation. On aimerait jouer tous les matches mais il ne faut pas voir que sa petite personne. Faire ce métier, c'est vraiment une chance. Dire qu'être footballeur, c'est faire des sacrifices, non. C'est une passion et ce métier est très bien payé. On voit des sommes astronomiques, ça peut choquer, on se demande comment autant d'argent peut arriver dans le sport. Moi j'aime bien les belles choses mais je ne suis pas flambeur. C'est quelque chose que je partage avec mes proches, car ce n'est pas ma réussite personnelle."

Un but en première mi-temps ?  (Source : Poteaux Carrés)

Comme le souligne l'Equipe, Sainté n'a plus marqué en L1 en première période depuis le but inscrit par Nolan Roux le 2 avril dernier sur le terrain du Gazelec Ajaccio. Cela fait 15 matches de championnat que l'ASSE n'a plus fait tembler les filets avant la pause. Depuis 15 ans, seules 5 équipes ont fait pire : Guingamp (19), Lorient (19), Le Havre (18), Grenoble (16) et Lens (16).

 "C'est une stat étonnante, incroyable même" reconnaît Florentin Pogba dans le quotidien sportif. "Je ne suis d'ailleurs pas sûr que tout l'effectif la connaisse. Elle s'explique par un manque de tranchant offensif. Quand on a le ballon, on produit du jeu mais on n'a pas le petit plus, ce petit truc devant le but. On doit faire preuve de plus de mordant. Ce serait inquiétant si on perdait à chaque fois. Ce n'est pas le cas. Mais marquer en première période nous permettrait d'être plus tranquilles dans la gestion de nos matches."

 "On manque de réalisme dans le dernier geste, où on n'effectue pas forcément le bon choix" déplore Loïc Perrin. "Quand on n'inscrit pas le premier but, ça devient compliqué. On doit arriver à marquer plus vite pour changer la physionomie du match. Il faut insister, ça va finir par se débloquer." Dès cet après-midi à D'Ornano ?

Le groupe stéphanois

Christophe Galtier nous a fait le coup du groupe élargi (20) pour aller étriper les Normands demain (15h) à D'Ornano.

Ruffier et Polomat retrouvent le groupe chargé de rattraper à Caen les points abandonnées en route contre Dijon.

RUFFIER ; MOULIN
THEOPHILE-CATHERINE ; POLOMAT ; LACROIX ; MBENGUE ; POGBA ; PERRIN ; MALCUIT
SELNAES ; PAJOT ; DABO ; SAIVET ; VERETOUT
ROUX ; TANNANE ; MONNET-PAQUET ; SODERLUND ; BERIC ; NORDIN

Patrice Garande admiratif (Source : Poteaux Carrés)

Le Progrès publie aujourd'hui une interview de Patrice Garande, le coach caennais. Extraits.

 "On a des blessés mais on ne va pas se cacher derrière cela. S’il y a une équipe qui n’a pas été épargnée par les blessures, c’est bien Saint-Etienne. Elle est remarquable au niveau de l’état d’esprit, va chercher des points en fin de match, ne lâche rien. Y compris lorsqu’il y a des absents, lorsque certains ne jouent pas à leur poste. Tout le monde se dépouille. L'ASSE a la faculté de ne jamais renoncer. Les joueurs ont cela dans la tête. Ils se disent qu’à un moment cela va passer.

 Ismaël Diomandé a beaucoup de qualités, il travaille bien. Je crois en lui, même s’il a du mal à s’affirmer. C’est un très bon joueur mais j’ai l’impression qu’il ne le sait pas. Il n’a pas assez confiance en lui. Pour l’instant, il ne fait pas bon usage de ses qualités. Jérémy Clément aurait pu nous rejoindre cet été mais il ne souhaitait pas quitter Saint-Etienne, je respecte son choix. Il a été honnête. Je préfère cela à quelqu’un qui hésite pour finalement venir à reculons."

Les Verts souvent en difficulté à Caen (Source : Poteaux Carrés)

Le site officiel du SM Caen qui annonce une grosse chambrée dimanche (déja 16 000 place avaient été vendues mercredi) revient sur les vilaines stats Vertes à Caen.

Les Normands qualifient les Verts de leurs "victimes favorites" (sic) : en 14 déplacements à Caen en L1, nous nous y sommes inclinés 10 fois pour 1 nul et 3 victoires.
Nos deux derniers déplacements là bas se sont soldés par un piteux 0-1.

Finissons par une note plus gaie, avec notre dernière victoire à D'Ornano qui remonte au 21 avril 2012. Ce soir là, Aubame avait, par un doublé, grandement contribué à notre éclatante victoire 4-1. Ruffier, Perrin, Clément et Lemoine en étaient et pourront expliquer dimanche à leurs équipiers comment s'y prendre !

Les espoirs de Patrice Garande (Source : Poteaux Carrés)

Sur les ondes de France Bleu, l'entraîneur caennais Patrice Garande a déclaré qu'il espérait battre dimanche son club de coeur pour la quatrième fois consécutive.

 "Je pense que les Verts ont le potentiel, ils ont l'équipe, ils ont maintenant une bonne petite expérience à ce niveau-là. Je pense qu'ils vont passer les poules de l'Europa League. Qabala ? Il n'y a jamais de match facile. Les matches il faut les jouer. Il y a de la qualité en face, il faudra faire un gros match. Les matches européens ont toujours quelque chose en plus par rapport à ceux du championnat. Quand on analyse les forces en présence, Sainté a largement les moyens de battre cette équipe.

 Je suis toujours en colère après notre défaite concédée à Montpellier alors qu'on a joué les vingt dernières minutes en supériorité numérique. Dans le pire des cas on doit revenir avec un point. On n'a pas le droit de prendre des buts comme ça. On n'a pas la constance et la régularité qu'on doit avoir dans un match, surtout à l'extérieur car à domicile on est plutôt pas mal hormis la claque parisienne.

 A partir du moment où n'est pas capable de ramener quelque chose de l'extérieur, il faut impérativement gagner à la maison, jusqu'au moment où on trouvera cet équilibre qui nous permettra de faire la bascule et de gagner des points à l'extérieur. On est dans l'obligation de poursuivre sur notre lancée à domicile ce dimanche contre Saint-Etienne.

 Contre cette équipe, il va falloir un peu travailler nos fins de match ! C'est avant tout une question d'état d'esprit. C'est ce qui m'impressionne dans cette équipe de Saint-Etienne, c'est justement ça. On connaît tous les pépins qu'ils ont eus, Christophe a dû bricoler des équipes. L'état d'esprit des joueurs stéphanois est fantastique, remarquable. Même quand ils ne sont pas très bien, comme hier par exemple, ça leur permet de prendre des points.

 Vous me dites que Saint-Etienne n'est pas impressionnant car cette équipe s'est fait accrocher à domicile par le 17e de Ligue 1. Mais ça ne veut rien dire, cette présentation faite par la presse ne veut rien dire. Dijon est une belle équipe. J'ai vu le match, ils sont difficiles à jouer, c'est très compact, derrière il faut trouver des solutions, il ne faut pas se faire prendre en contre.

 A chaque match il y a une problématique qu'il faut résoudre, c'est encore un petit peu tôt pour se fier au classement aujourd'hui. Les écarts ne sont pas si importants. Pour moi ça ne veut rien dire. Sur le contenu du match ce match nul est mérité car Saint-Etienne a toujours essayé. On peut toujours parler du pénalty mais dans la volonté de revenir, ce n'est pas illogique qu'ils soient revenus. C'est un point qui est important pour le groupe.

 Je reste sur trois victoires de suite face aux Verts. Est-ce que j'ai la recette ? Je voudrais bien ! Mais on sait que contre Saint-Etienne, ce sont toujours des matches difficiles. Ce sont toujours des bons matches, il se passe toujours quelque chose. Il y a souvent des buts. J'espère que dimanche ce sera encore le cas et qu'on arrivera à les battre et qu'on gérera ces fameuses fins de match stéphanoises.

 Ismaël Diomandé est en ce moment un petit mieux qu'il l'a été au début. Quand il est arrivé chez nous, il n'a pas eu de chance car il s'est blessé au bout du deuxième match. Il a été opéré de l'épaule. On va dire qu'il refait un petit peu surface. Moi je trouve que c'est un garçon qui a beaucoup, beaucoup de qualités. Je lui dis souvent : "tu es un drôle de bon joueur mais tu ne le sais pas, tu n'a pas conscience de tes qualités." On travaille en ce sens-là, on essaye de le libérer sur le plan mental et psychologique car je trouve qu'il a tout ce qu'il faut pour s'imposer dans un club de Ligue 1.

 Sainté est mon club de cœur, on ne me le reproche pas. Chacun son parcours. On ne peut pas m'enlever ou je ne peux pas enlever ce que j'ai vécu dans ce club-là, que ce soit au centre de formation ou même plus jeune. J'étais cadet, j'ai côtoyé Thierry Oleksiak. J'ai ensuite joué en pro. J'ai été marqué par ce club. Je suis un Stéphanois d'adoption car je suis Lyonnais d'origine. Mais bon, quand j'étais gamin, Lyon ne valait pas Saint-Etienne.

 J'ai découvert Geoffroy-Guichard, j'ai toujours eu un contact fabuleux avec ces supporters, j'ai adoré toutes les saisons où j'ai joué là-bas. Je ne vais pas renier Saint-Etienne parce que je suis dans un autre club. Je suis à Caen, je consacre chaque heure, chaque minute à ce club. Dimanche évidemment je ferai tout pour gagner. N'empêche que l'ASSE, c'est un club qui est à part. Pour moi il n'y a pas un autre club comme ça en France."

Des absents à Caen (Source : Poteaux Carrés)

Alors qu'il venait d'aligner quatre matches de rang pour la première fois depuis de longs mois, Emmanuel Imorou est de nouveau stoppé par des pépins physiques. Souffrant notamment du dos, l'international béninois ratera donc la réception des Verts selon Ouest-France qui précise que l'ancien Canari Vincent Bessat devrait le remplacer au poste de latéral gauche. Toujours pas remis de sa déchirure au quadriceps, Mouhamadou Dabo nous a confirmé qu'il ne sera pas en état d'affronter son club formateur. Patrice Garande devra également se passer des services du défenseur central Syam Ben Youssef et de l'attaquant Jeff Louis.

Yann Karamoh forfait (Source : Poteaux Carrés)
S'étant blessé à la cuisse avant-hier à l'entraînement, le jeune et prometteur attaquant caennais Yann Karamoh est forfait pour la réception des Verts alors que cet international U19 avait joué tous les matches depuis le début du championnat, sept fois en tant que titulaire. Un coup dur de plus pour Patrice Garande, qui devra également se passer des services d'Emmanuel Imorou, Mouhamadou Dabo, Syam Ben Youssef et Jeff Louis.

 Dans le quotidien Ouest-France, l'ancien buteur des Verts et actuel entraîneur de Malherbe incite ses joueurs à se racheter face à Sainté. "Je suis toujours en colère, encore plus qu'après le match car j'ai revisionné plusieurs fois cette rencontre contre Montpellier. J'espère que les joueurs aussi sont en colère. On s'est dit ce qu'on avait à se dire, maintenant il ne faut pas que le groupe perde confiance en ses moyens. On ne peut pas gagner un match de L1 si on ne met les ingrédients au niveau de l'attitude."

Vincent Bessat n'est pas inquiet (Source : Poteaux Carrés)

Très probablement titulaire au poste de latéral gauche demain après-midi suite au forfait sur blessure d'Emmanuel Imorou, l'ancien Canari Vincent Bessat évoque la réception des Verts aujourd'hui dans Ouest-France. Extraits.

 "On va tomber sur une équipe très compliquée à jouer, qui a beaucoup de matches dans les jambes aussi. Mais ce qui va compter, c’est surtout ce que nous, on sera capable de mettre dans ce match pour lui poser des problèmes. On a besoin de points, car tout va très vite dans les deux sens dans ce championnat, et là on est dans le mauvais sens... On a envie de repasser le plus vite possible dans la première partie de tableau, et ça passe déjà par une victoire contre Saint-Etienne. Si on ne prend pas de points, ça va devenir de plus en plus compliqué, et la pression montera en bas de classement... On a des objectifs qui ont été fixés en début de saison, et pour les tenir ça passe par des victoires rapides.

 Après notre défaite à Montpellier, on s’est dit certaines choses, avec le coach, les joueurs... Mais c’est là où justement, on a peu d’inquiétudes : on a un groupe uni, sain, qui sait se parler quand ça ne va pas. Il n’y a pas d’animosité ou d’éléments qui tirent vers le bas. Seuls les résultats traduiront ce que je viens de dire. On prend trop de buts. Il y a tout un travail collectif à revoir, des attaquants aux défenseurs. Que tout le monde fasse les efforts. Et si on veut être meilleur offensivement, c’est pareil, tout le monde doit accompagner pour qu’on créé plus de problèmes à l’adversaire. Le classement ne reflète pas ce qu’on aurait voulu, c’est vrai, mais pour l’instant il n’y a pas lieu de s’inquiéter, il reste encore beaucoup de matches."